AccueilnewFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Yuugure Fujiiro
http://forumtest-ftr.lebonforum.com
Admin
▌Age :
24
▌Messages :
207
▌Date d'inscription :
18/09/2012

Feuille de personnage
Bla:
avatar
Admin

Sam 12 Oct - 16:16
Yuugure Fujiiro


[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Carte D'identité

○ Nom :  Yuugure Fujiiro
○ Âge :   16 ans
○ Sexe :  Féminin
○ Nationalité :   Arcadya
○ Taille :   1m65
○ Poids :   51 kg
○ Orientation Sexuelle :  Hétérosexuelle
○ Groupe sanguin :   AB négatif
○ Guilde/Organisation :   Fairy Tail

○ Qualités :   Loyale, Douce, Curieuse, Discrète, Drôle
○ Défauts :   Maladroite, Lunatique, Rancunière, Émotive, Méfiante

○ Hobby :   Faire de nouvelles rencontres, partir à la découverte, apprendre.
○ Phobie :   Peur du noir et des miroirs

○ Informations particulières :   Il lui arrive parfois de se sentir hanté par sa soeur jumelle décédée.

Arme & Magie
○ Arme :   Un couteau à cran d'arrêt.
○ Magie :   Invocation : Les 32 cartes d'Olympia.
Sa magie est une magie d'invocation comme par exemple celle des Constellationnistes. A la différence près qu'elle n'utilise pas de clefs mais des cartes pour canaliser son énergie magique qui lui permet d'ouvrir un portail vers une autre dimension qui fait apparaître un "esprit". L'esprit est au service de son invocateur. Il le protège et combat pour lui. La durée d'apparition ainsi que la puissance des attaques de l'esprit dépend de la puissance magique de Yuugure. Ainsi, la mage doit s'entraîner afin de gagner en puissance pour garder le plus longtemps possible son invocation auprès d'elle ainsi qu'augmenté la puissance de celui-ci.
La spécificité des 32 cartes d'Olympia c'est que, contrairement aux Constellationnistes, le jeux est complet et donc il n'y a pas d'autres invocateurs de ce type a affronter pour gagner des cartes. De plus contrairement à ces derniers, Yuugure ne peut pas faire appel à toutes la carte qu'elle veut quand elle en a besoin. Si chaque carte à son pouvoir propre, elles se séparent en deux parties et ne peuvent être utilisé qu'en fonction de la puissance de l'invocatrice. Il y a seize cartes Monstres, seize cartes Dieux et parmi elles, une carte fétiche. La carte fétiche est la première dont l'invocateur se sert et donc celle dont il peut faire appel le plus facilement. Ensuite, chaque carte monstre est rattachée à une carte Dieu. Les cartes Dieux ne peuvent être "débloqués" qu'une fois la carte Monstre correspondante maîtrisée. En général, c'est l'esprit de la carte monstre qui donne le feu vert. Les cartes Monstres, comme les cartes Dieux ont une hiérarchie en fonction de leur puissance et donc tout comme un mage doit gagner en puissance pour pouvoir utiliser une arcane puissante, Yuugure doit monter en puissance pour débloquer des cartes.


L'histoire ne s'écrit pas seule...
Yuugure Fujiiro ne savait rien de sa naissance, elle ignorait si elle était née le jour ou bien la nuit, si il faisait beau ou bien tempête. Dès son plus jeune âge, on fit comprendre à Yuugure que toutes discussions qui concernaient de près ou de loin sa naissance était tabou et donc proscrites. Les Fujiiro étaient une immense famille, issue d'une longue lignée d'invocateurs riches et renommés pour la plus part. Depuis que l'Empereur avait fait main basse sur le royaume, la famille utilisait ses dons pour le servir. Yuugure grandit donc dans la demeure familiale, loin de toutes personnes pouvant la faire dévier de sa destiné car oui, on répétait sans cesse à la petite fille que plus tard elle ferait de grandes choses. La fillette ne comprenait pas ce que cela signifiait et lorsqu'elle demandait, on lui imposait de se taire, qu'elle posait trop de question et qu'elle était encore trop jeune pour le savoir ou même le comprendre. Ainsi la fillette grandit seule, ses journées comblaient à apprendre les différentes magies, leur rareté, les perdues, les rares mais surtout, les magies d'invocation. Yuugure grandissait doucement dans la solitude mais un grand vide, un trou béant marquait son cœur. Comme si on lui avait arraché un bout d'elle même. Parfois, alors qu'elle était calmement entrain de jouer dans sa chambre ou de lire un livre, elle était emplie d'une tristesse immense, subitement, ou alors éprouvée une vive douleur à un endroit précis. Ces sensations que l'on éprouve généralement quand on voit une personne qui nous est chère avoir mal ou être triste, de l'empathie. Oui, Yuugure sentait des émotions qui lui étaient étrangères mais comme si elles avaient été les siennes. Bien sur, la demoiselle toujours curieuse et avide de tout savoir le raconta à sa mère. Cette dernière eut un regard inquiet et lui dit que ce n'était rien. Yuugure en était convaincue, on lui caché quelque chose. C'est alors qu'elle commença à fouiller, quand elle atteignit l'âge de dix ans. Elle remarqua qu'elle voyait très rarement ses deux parents ensembles, soit c'était sa mère qui se trouvait dans la maison, soit c'était son père... Et, alors qu'il lui était interdit de sortir de la maison, Yuugure se souvint qu'à l'âge de ses sept ans, alors qu'elle venait d'être sévèrement punis. La petite miss vexée avait tentée de fuguer et c'était faite violemment rattraper et disputer, la seule fois où son père avait osé lever la main sur elle. Si le fait qu'elle vive cloîtré était déjà un fait étrange, pour la petite curieuse à l'esprit vif, elle avait eut le temps de remarqué que la bâtisse était beaucoup plus grande que l'espace dans lequel elle vivait, comme si une partie de la demeure lui était interdite et dissimulée. Yuugure ne savait plus quoi penser de tous ces mystères et plus elle grandissait, plus elle cherchait à en savoir d'avantage. Mais une réponse lui fut enfin donné alors qu'elle était entre ses onze et ses douze ans, à l'anniversaire de ses treize ans, comme il était de coutume depuis des générations dans sa famille, on allait lui présentait différents types de magies d'invocation et elle devra en choisir une, la sienne. C'est également à ce moment, précisa son père, qu'elle recevrait aussi la réponse à toutes ses questions. Impatiente, Yuugure attendit son treizième anniversaire avec impatience. La veille de celui-ci, alors qu'elle s'amusait à une partie de cache-cache avec une gouvernante, la petite bourgeoise se cacha derrière un rideau, au fond d'un long couloir, contre le mur du fond. La domestique criait son nom dans toute la bâtisse et, alors qu'elle pouffait de rire, certaine de ne pas se faire trouver et trouvant la situation plutôt amusante, elle entendit des pleures venant de l'autre coté du mur. Son sang se figea quand les sanglots qu'elle entendit lui semblèrent être les siens... Elle tembourina contre le mur mais n'eut guère de réponse. Quand elle voulut en savoir plus, son père, sans même levé les yeux de son journal, d'un regard indifférent lui rétorqua « tu seras demain. » Inutile de préciser que Yuugure ne put fermer l'oeil de la nuit. Le fâmeux jour de ses seize ans arriva donc et on habilla la jeune demoiselle avec une robe somptueuse d'un épais mais néanmoins délicat velours noir orné de dentelles pourpres. Sans oublier les bagues et les colliers anciens sur lesquels étaient gravés de nombreux symboles que la pré-adolescente ne parvenait pas à déchiffrer et trouver très archaïques. Après le délicieux repas de midi, le père conduisit sa fille dans le couloir des portraits et lui retraça, tableaux après tableaux tous les exploits et la puissance de leur grande famille. Yuugure n'en avait que faire et demandait sans cesse où pouvait bien être passé sa mère pour le jour de son anniversaire. Décidément, rien ne lui échappé. Mais sa préoccupation disparut quand ils pénétrèrent tout deux dans la pièce à Relique. C'est ici qu'était entreposé tous les objets servants aux différents types d'invocation, des cartes, des bijoux, des clefs, des briquets, des boites... Il y avait dans cette pièces des magies d'Invocation basiques mais aussi des rares voir même certains qu'on disait disparut. Tous avaient au moins servit une fois à un de ses ancêtres et c'était maintenant à elle de choisir lequel parmi tous elle allait devoir prendre. Elle scruta la pièce et passa devant chaque objet, attendant de sentir un signe, n'importe quoi qui lui ferait comprendre que c'était ces Invocations plutôt que d'autres. Elle passa devant une boite noire sertie de pierres précieuses, le couvercle transparent laissait voir qu'à l'intérieur trônait un jeu de carte. Yuugure ne put détourner son regard de ce jeu et dans un murmure laissa échapper presque machinalement, dans un ton absent « c'est elles qu'il me faut ». Un cris de joie de son père la sortie de sa torpeur, il l'a prit dans ses bras et la fit tournoyer en ne cessant de répéter « tu as réussit le test ! Tu as réussi le test ! L'Empereur va être tellement content, vous allez être la fierté de toute la lignée ! »
En reprenant ses esprits, Yuugure demanda « vous ? » mais n'eut pas de réponse. Son père emporta la boite et lui signala d'aller jouer. La fillette courut après son géniteur pour réclamer sa magie mais son père tout en courant à l'extérieur en prenant soin de fermer la porte derrière lui, lui expliqua à la va-vite qu'elle les aurait demain. Le reste de la journée passa et Yuugure n'avait pas le cœur à jouer. Elle était vexée, elle voulait qu'on lui donne des réponses à ses questions, qu'on lui donne son cadeau, ses cartes. Mais le sommeil l'emporta d'un coup, la terrassa après le repas.

Ses yeux étaient lourds et son lit bougeait... Bougeait ?! Sans avoir le temps de comprendre que ce n'était plus son lit mais les bras de son père, elle fut attachée, ligotée à une sorte de grande table froide par des sangles. La panique l'envahissait et elle commençait à se débattre. Son père en lui caressant le front lui murmurait de se calmer, que tout allé bien se passer et qu'elle aurait enfin les réponses à ses questions. Yuugure inspira profondément mais se mit à hurler quand la table se mit à la verticale. Elle se retrouva donc en face d'un miroir, pieds et poings liées en voyant d'an celui-ci que la grande table sur laquelle elle se trouvait était également un miroir. Qu'est ce que tout cela signifiait ? La peur au ventre elle leva les yeux au ciel et vit les étoiles et la lune mais remarqua que tout autour d'elle, dans une sorte de cercle encore plus vaste se trouvaient d'autres miroirs. Bien qu'elle ne put le remarquer de là où elle était, les miroirs autour ne formaient pas un cercle mais un huit, et elle se trouvait dans l'un des deux anneaux. Dans le miroir devant elle, qui se trouvait être celui au centre du huit, le jeu de carte flottait comme par magie à l'intérieur, comme si il avait était juste devant elle sauf qu'il n'apparaissait que dans le reflet. Des lumières s'allumèrent, de gros spots lumineux éblouissants et chauds qui se mirent à bouger, longeant les miroirs et donnant ainsi une impression de déplacement. Le père hurlait à sa fille. « Ma chérie, tu dois te concentrer, tu dois faire venir les cartes à toi, montrer que tu les mérites, que tu es leur maîtresse. » Yuugure ne comprenait rien mais son cœur ne fit qu'un bond quand elle vut les cartes s'éloigner peu à peu, comme si elle s'enfonçaient dans le miroir et celui-ci, il se courbait, près à lui exploser au visage. Yuugure se concentra alors de toutes ses forces, tentant par sa volonté d'attirer les cartes vers elle. Elle priait de toutes ses forces, hurlait dans sa tête, donnait un ordre mental aux cartes, celui de venir à elle. Le miroir qui se courbait vers elle se remit droit dans sa position initiale, les cartes réapparurent au milieu. Puis elles commencèrent à sortir du miroir mais soudainement furent aspirées à nouveau. Yuugure en était certaine, elle luttait contre quelqu'un ou quelque chose qui voulait aussi ces cartes. Les lumières se mirent à tournoyer de plus en plus vite, dans un bruit assourdissant. Le miroir au centre ne cessait de bouger de tous les cotés, des fissures se lézardant à sa surfaces puis se rétractant. Yuugure sentait son énergie la quitter peu à peu mais refusait de s'avouer vaincue. C'est là qu'elle vu son reflet se transformer, plus elle luttait, plus les cartes s'approchait d'elle, plus son reflet devenait horrifique. Ses yeux devenaient entièrement noirs, sa bouches tombait et s'agrandissait, ses veines ressortaient, sa peau pâlissait... Et dans un cris de terreur et d'épuisement, un cri à fendre le plus faillant des cœurs, un cri en écho comme si elle avait eut deux bouches, le miroir explosa et les cartes se jetèrent à ses pieds. C'est alors que la vérité apparut.
L'espace d'une seconde qui sembla durer une éternité à la jeune fille, lorsque le miroir se brisa, elle vit alors que de l'autre coté, ce qui se battait contre elle, qui se chamaillait ses cartes, c'était elle. Une jeune fille lui ressemblant en tout point, elle aussi attachée, elle aussi criait. Mais pourtant, le reflet avait été brisé...Les éclats de miroir fonçaient droit vers cette inconnue qui lui semblait donc si familière et quand ils la percutèrent, la jeune fille, son double explosa à son tour en un souffle d'explosion et Yuugure sentit ce souffle la pénétrer au plus profond d'elle même avant que le néant d'un sommeil sans rêve l'emporte.

Quand elle se réveilla, deux ans c'étaient écoulés. Elle se trouvait dans sa chambre, les cartes dans la main. Son premier souvenir ? Ce corps similaire au sien qui explosait littéralement au contact des morceaux de verres projetés sur elle et ce souffle, comme une âme démoniaque s'insufflent en elle. Ses parents l'air ravi vinrent la rejoindre une fois prévenue de son réveil. Deux ans, c'est le temps qu'il lui avait fallut pour assimiler...L'âme de sa sœur jumelle Hinode. Sa mère lui expliqua que ce qui faisait la force d'un mage et surtout d'un invocateur, c'était sa singularité, son unicité. Alors, quand elle donna naissance à des jumelles, leur désir de puissance était anéanti, surtout si à l'âge de treize ans, celles-ci étaient appelé par le même type de portail d'invocation, ce qui apparemment c'était produit. L'Empereur dans son immense bonté avait offert à la grande famille qui l'avait tant servi un grimoire avec à l'intérieur, la mise en place d'un rituel magique interdit et perdu concernant la jumelée. Il était convenu que si Yuugure et Hinode choisissaient deux magies d'invocation différentes, chacune continuerait sa vie tout en étant séparer l'une de l'autre bien entendu pour garder leur unicité propre. Mais si elles venaient à choisir la même magie et en l’occurrence elles choisir le même jeu de carte, alors le rituel serait mit à exécution. Ce rituel visait à faire en sorte que sur deux jumeaux, il n'en reste plus que un. Comment ? Les jumeaux ont presque toujours la même magie et donc ce rituel consistait à mettre l'énergie magique au milieu et ainsi, les deux jumeaux mages devaient se battre avec leur volonté pour la récupérer. Le plus fort non seulement regagnait ses pouvoirs mais...Et c'est là que l'horreur survient, aspire et s'empare de la magie de son jumeau, aspire jusqu'à son essence vitale.
Yuugure n'en croyait pas ses oreilles, mais tout coïncidait, tout ce qu'elle avait vu et vécue depuis qu'elle était petite, elle avait tué et aspirer sa sœur. Elle se leva de son lit et sans dire un mot caressa de son pouce les cartes qu'elle avait en main, elle leva son autre main et pris la carte du dessus. Elle sourit et ferma les yeux pour replonger dans un sommeil sans rêve.
Quand elle ouvrit les yeux, la bâtisse était entièrement détruite avec tout ce qui s'y trouvait, à coté d'elle, l'esprit qu'elle avait invoqué qui lui jurait allégeance en son nom et en celui des autres cartes. En contre-bas, le corps sans vie et calciné de ses parents. Elle eut un petit sourire et se mit à marcher, elle ne savait pas où, mais il fallait qu'elle marche. Yuugure marcha des jours, ses pieds étaient en sang, mais elle se moquait de la douleur, tout comme elle se moquait de la faim, de la soif et de la fatigue, du froid. Tant et si bien qu'elle en perdit connaissance. Une habitude maintenant, mais au moins elle était en paix à flotter dans le pays des songes. Oui, cette fois-ci elle rêvait, rêvait qu'elle avait une sœur avec qui jouer et partager tout, ses joies, ses peines et ses secrets. Mais le rêves se dissipa pour laisser place à la réalité dure et cruelle.
La jeune fille resta allongée plusieurs semaines pour reprendre des forces et se remettre du traumatisme qu'elle avait subit. Où était-elle tombé ? Qui l'avait trouvé et rapatrié ? Un vieillard qui, en voyant les cartes dans sa main l'avait confié à un mage. Un mage qui avait de quoi lui offrir un avenir et une famille mais aussi et peut être, le moyen de finir la vengeance qu'elle avait commencé. Si elle avait anéanti ses bourreaux, ils restaient l'investigateur qui avait permis tout cela, qui était resté tapis dans l'ombre mais qui avait donné tous les outils nécessaires, l'Empereur.

Le corps ne reflète pas toujours l'ame...
Yuugure est une jeune fille d'un mètre soixante-cinq environ. Elle est fine et même si sa silhouette est féminine, elle n'a pas les formes généreuses de certaines. Elle a de grands yeux noisettes qui à la lumière tirent dans les rouges qui ressort d'autant plus que la jeune fille à une peau très pâle. Ses cheveux sont châtain, clairs ou foncés selon le temps qu'il fait. Ses traits fins comme ses lèvres légèrement rosées et fines accentuent d'avantage le coté "poupée" que lui donne son teint. Tout n'est que délicatesse et raffinement dans ses traits que ça soit pour sont petit nez droit, son ossature un peu seyante ou ses mains aux longs doigts fins avec des ongles un peu longs tels de petites griffes. Il se dégage de la jeune fille un coté fragile mais l'on devine assez facilement que derrière ses sourires se cache une douleur plus profonde.
Ses goûts vestimentaires sont assez sobre, elle optera pour des habilles qui la mettent en valeur dans des couleurs le plus souvent sombres. Aimant jouer de sa féminité, elle sera toujours en jupe ou robe, préférant rajouter un collant si il fait froid plutôt que d'enfiler un pantalon. Velours et dentelles vous aurez tout bon, coton, soie ou satin passe encore, mais n'allez pas lui proposer des alliages de fibres, cela serait grossier.
Le mental
Au premier abord, Yuugure est une jeune fille qui à l'air terriblement fragile et discrète. On a envie de la prendre des ses bras et de lui promettre que le monde est rempli de poneys et d'arc-en-ciel pour pas qu'elle n'est peur. Sa maladresse pathologique renforce cette sensation voir même agace et énerve. Deux pieds et de mains gauche Yuugure est du genre à tomber au mauvais endroit, au mauvais moment. Il faut dire que cette infatigable curieuse à le chic pour se mettre dans des situations pas possible. A fleur de peau, il en faut souvent peu pour qu'elle saute de joie ou fonde en larme, une véritable lunatique. Timide? Oui, les premières minutes après ça va tout de suite mieux. Petite pipelette à ses heures, elle parle beaucoup pour ne rien dire afin d'éviter les silences qui pourraient mener à discussions sérieuses qui lui rappelleraient son passé douloureux. La jeune fille reste marqué par la mort de sa soeur et croit être hanté par celle-ci, elle se sans terriblement coupable et c'est pour cela qu'elle ne supporte pas la violence gratuite. Je dis bien gratuite car la belle invocatrice n'hésite pas à user de ses pouvoirs et de sa force si l'on s'en prend à ceux qu'elle aime ou si on lui fait du mal. Rancunière, la vengeance est un sentiment qui ne la quitte pas et qui la ronge même, cela la rend méfiante et craintive. En ce qui concerne ses esprits, ils sont comme une famille, des amis, elle ne souhaite augmenter en puissance que pour deux choses, assouvir sa vengeance et connaître tous les esprits de ses cartes. Enfin les petits détails inutiles mais toujours pratiques, mademoiselle est maigrichonne mais très gourmance, surtout sucré. Mademoiselle est une froussarde dans le noir et se rattache à tout ce qu'elle peut d'un tant soit peu rassurant. Phobique des miroirs, elle préfèrera se regarder dans le reflet de l'eau ou passera à vive allure devant une glace. Elle adore marcher et se plaindra souvent en transport. Enfin, sous ses airs de petite princesse en détresse, elle déteste ne servir à rien.
Informations complémentaires
○ Qui est le personnage sur ton avatar : Yuki Kuran de Vampire Knight
○ Veux-tu un rang sous ton avatar :
Code:
[b]I[/b][i]nvocatrice[/i][i] d'[/i][b]O[/b][i]lympia[/i]


○ Prénom :  Corentin
○ Ton age : 21 ans

○ Où as-tu découvert F.T.R : C'est un changement de perso
○ Qu'est-ce qui t'a attiré dessus : Le contexte, le design et l'ambiance
○ Veux-tu avoir accès à la zone Hentai/Yaoi/Yuri : Oui
○ Code de validation :


http://forumtest-ftr.lebonforum.com
Admin
▌Age :
24
▌Messages :
207
▌Date d'inscription :
18/09/2012

Feuille de personnage
Bla:
avatar
Admin

Sam 12 Oct - 16:17
Orthographe : 2 / 2
Vocabulaire : 2 / 2
Conjugaison : 1.5 / 2 (on est pas passé loin du 1/2 ^^' Fais attention à l'accord du participe passé par la suite)
Qualité : 2 / 2
Originalité : 2 / 2
Respect de la langue française : 2 / 2
Note perso : 1.5 / 2
Bonus longueur du texte : 5 / 6


Ce qui nous fait une note de 18/20 et donc :

19 niveaux,
105 points de caractéristiques,
21 points techniques et
1o.ooo Jewels.

Tu peux aller faire ta Fiche Technique, au plaisir de rp avec toi Smile
Page 1 sur 1

Afficher la navigation