AccueilnewFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

KA GA MI NETTE ♥
http://forumtest-ftr.lebonforum.com
Admin
▌Age :
24
▌Messages :
207
▌Date d'inscription :
18/09/2012

Feuille de personnage
Bla:
avatar
Admin

Lun 14 Sep - 0:28
Kagami
Dark Chess, les vrais savent.

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Nom : 404 Not found.  Prénom : Kagami  Age : 21 ans.  Sexe : Pas la place pour un paragraphe d'éloges, alors disons juste masculin.  Nationalité : Mu.  Taille : 182 cm, le must.  Poids : 74 kg, le must aussi.  Orientation sexuelle : Hétérosexuel.  Groupe sanguin : Receveur universel : AB+.Groupe de rapiat.



Vos Qualités : Trop pour les citer. o/  Vos Défauts : Trop peu pour que ça vaille la peine de les citer. o/



Vos Hobbys : La conquête du monde !   Vos Phobies : La peur elle-même.



Armes : Nothing.   Magie : Magie de la gravité.
Magie de la gravité.
Le nom semble assez équivoque. En effet, cette magie permet à son utilisateur de contrôler la gravité dans la zone où il se trouve, zone dont l'étendue s'agrandit à mesure que l'utilisateur affine sa maîtrise de cette faculté. Cette magie offre de nombreuses possibilités à son utilisateur : Répulsions, attractions, création de trous noirs artificiels, faire léviter puis utiliser les objets du décor comme armes, augmenter la pesanteur pour écraser l'adversaire au sol, voler, augmenter ses capacités physiques... Bien trop pour toute les citer, en réalité.



Informations complémentaires : Nop !


Description de votre physique

A première vue, Kagami sort nettement de l'ordinaire de part son accoutrement. Une espèce de moine masqué avec un éventail géant, c'est ce que la plupart des gens vous diront si vous leur demandez de le décrire brièvement. Mais bon, malheureusement, je doute que ça suffise à bien vous représenter le personnage, alors lançons nous dans une description légèrement plus fournie.

Commençons par ce qui peut nous apparaître à l'œil nu : l'habillage. Kagami adopte un style qui ferait presque penser à celui d'un prêtre shinto, à la différence que le sien est bien plus adapté aux combats et à l'action en général, et surtout qu'il porte un masque lui couvrant la totalité du visage. Ce masque est probablement la première chose qui saute aux yeux lorsqu'on le rencontre : Un grand masque oval de couleur blanche couvrant même l'arrière du crâne jusqu'au niveau des oreilles. Des cercles concentriques le parcourent, jusqu'à former un point au centre. Sur le deuxième cercle concentrique en partant du point, on trouve trois virgules équidistantes entre elles, dont deux servant d'orifices de vision d'où rien ne s'échappe, si ce n'est de l'obscurité. On ne voit les yeux de Kagami que lorsqu'il active le pouvoir de sa magie perdue et endormie, l’œil du démon, qui prennent alors une teinte rouge vif flamboyante rappelant la couleur du sang et illuminant les orifices. Aucune parcelle de peau de son corps n'est en fait visible, pas même la nuque qui est couverte pas un justaucorps noir à manches longues qui couvre tout le haut du corps de Kagami jusqu'aux poignets et aux oreilles. Par dessus, toujours au niveau de l'arrière du crâne, on remarque la présence d'un nœud de bandeau de couleur indigo qui semble être incrusté dans le masque, laissant deux lanières de tissu planer dans le vent. En guise de haut, Kagami a opté pour une toge de couleur indigo descendant jusqu'aux cuisses, et montant jusqu'au menton, cachant ainsi le cou. Les manches sont suffisamment longues pour camoufler ses mains couvertes de gants de cuir brun. Pour serrer le tout, une simple ceinture blanche épaisse assistée d'un petit harnais métallique. Au niveau des jambes, rien de plus basique : Un pantalon de toile indigo rentrant dans une paire de bottes tout terrain de couleur blanche sur les mollets et indigo sur les pieds.
On note dans son dos la présence d'une arme relativement inhabituelle : Un grand gunbai, ou éventail de guerre, servant à parer les coups ou à se battre au corps-à-corps. Le manche, orienté vers la tête de Kagami, est fait d'un bois de qualité supérieure capable de résister à la force de son utilisateur et de ses opposants, et est couvert de quelques bandages blancs au bout pour en améliorer la maniabilité. Pour éviter de se le faire piquer dans le feu de l'action, il utilise une longue chaîne noire d'obsidienne qui relie le bout du manche à son poignet. L'éventail, de couleur blanche nimbée de noir sur les bords, est quant à lui fait d'une matière inconnue extrêmement résistante dont le masque de Kagami est également constitué. Le seul ornement qu'on y trouve sont trois virgules similaires à celles que l'on trouve sur le-dit masque.

La démarche du personnage varie selon la personnalité qui à l'emprise de son corps à ce moment-là : Lorsqu'il s'agit de la facette enfantine, il se déplace de façon totalement grotesque, allant jusqu'à sautiller pour avancer ou en simulant une nage... A l'inverse, sa vraie personnalité est bien plus posée, et adopte une démarche calme et élégante, jamais pressée, qu'il adopte jusqu'au situation de combat. Son registre d'expressions faciales est lui aussi relativement simple : Premièrement parce qu'il porte un masque et qu'on ne voit rien ! Mais aussi parce que sous le masque, on ne distingue que peu d'expressions : Lorsqu'il joue son rôle de grand gamin, il arbore toujours un grand sourire pour bien se mêler à son rôle, tandis que lorsqu'il est lui-même, il est le plus souvent affublé d'un simple sourire synonyme de suffisance. Sous ce masque, il est bien plus expressif que l'on croit, seul le ton de sa voix nous laisse l'impression qu'il reste toujours de marbre.

Concluons avec ce que nous voyons pas : Le corps à proprement parler. A première vue, il semble être un jeune homme bien portant, disposant d'un corps athlétique caractérisé par une musculature souple et bien taillée, sans pour autant entrer dans les excès. Sa,force physique n'étant de toute façon pas son principal atout, n'importe quelle corpulence aurait pu faire l'affaire ! A ce jour, personne n'a vu ce qui se cachait sous cet énigmatique masque blanc, mais qui sait, un jour... Dans cette optique, une description du visage serait la bienvenue, on sait jamais. Si par chance vous avez un jour le luxe de voir Kagami ôter son masque, vous verrez avant toute chose cette masse de longs cheveux noir corbeau lui tomber jusque dans le dos et lui couvrir la moitié du visage. La brillance et et la propreté de cette chevelure pourrait laisser penser que le jeune homme prend soin de lui, bien que ce ne soit pas du tout le cas, si on excepte les quelques fois où il les coupe dans un soucis de praticité, pour qu'ils ne lui arrivent plus que jusqu'à la base de sa nuque. La seconde chose que vous constaterez, ce sera ce teint pâle, cette peau lisse et dénuée de toute impureté rendue presque blanche comme neige par toutes ces années à porter son masque, qui illumine le visage de Kagami. Un visage qui par ailleurs lui donne l'air bien plus jeune, jusqu'à donner l'impression qu'il n'a même pas la vingtaine. Outre cet aspect rajeunissant, c'est la pureté angélique de ce visage qui saute aux yeux, les traits sont harmonieux et fins, donnant une impression de bienveillance illusoire renforcée par le calme de l'individu. Mis à part l'aspect général, on y voit tout ce qu'on trouve habituellement dans un visage ordinaire : Une paire d'yeux noirs sombres comme la nuit qui s'illuminent parfois d'un rouge surnaturel surmontée d'une paire de sourcils fins, un nez en trompette classique, et une bouche affichant en permanence un rictus apaisé. Ses pommettes n'étant pas trop marquées et étant situées de façon optimale au dessus de ses joues imberbes renforcent cette impression de jeunesse. On ne peut pas situer avec certitude la forme du visage en raison des cheveux qui couvrent tout, la seule chose que l'on peut voir c'est ce menton pointu et la finesse du visage. Au final, retenez que ce qui dégage de ce faciès, ce sont la mélancolie, une pureté inquiétante, et surtout la contradiction avec la personnalité du personnage..


Description de votre mental

Le mental, hein ? Pour n'importe quelle personne, il y a obligatoirement bien plus de choses à dire dans ce domaine-là que sur le physique, étant donné la complexité et l'immensité de l'esprit humain. Le dernier mot nous présente à la première divergence qui sépare Kagami de ses homologues simiesques évolués. Et oui, parce que la personne qui va vous être décrite dans les lignes à venir, et bien c'est un Dieu. Du moins, c'est ce que l'une de ses deux facettes essaiera de vous faire croire, avec talent. Mince, deuxième divergence, il va bientôt falloir envisager de passer au second paragraphe... Mais avant ça, on va vous révéler d'emblée la principale caractéristique de Kagami : La schizophrénie. Un terme assez dur à épeler j'en conviens, mais dont vous avez probablement de suite saisi le sens dès le moment où il a résonné dans votre esprit au moment de la lecture. Vous avez raison, Kagami n'est pas "seul"... Deux personnalités radicalement opposées cohabitent dans son corps. Mais contrairement à ce que vous pensez, dans le cas de Kagami cette pathologie n'est pas involontaire ! Flûte, troisième divergence... En réalité, l'une des facettes du jeune homme n'est qu'un rôle qu'il se force à jouer à chaque moment de son quotidien, en gros lorsqu'il n'est pas en affaire avec des gens importants ou lorsqu'il n'est pas en combat contre un adversaire susceptible de l'inquiéter. Et puisque c'est cette facette de sa personnalité qui est mise sous les feux des projecteurs à la fin de ce petit paragraphe d'introduction, c'est par celle-ci que nous allons commencer l'analyse si vous le voulez bien. Enfin j'dis ça mais de toute façon vous avez pas le choix, c'est moi qui écrit ici, et toc.

Si on devait résumer cette fausse personnalité par un mot, ce serait bien évidemment par le mot "gamin". Ce serait forcément la conclusion qui vous viendrait à l'esprit si vous veniez à le rencontrer alors que vous n'êtes pas un de ses supérieurs ou l'un de ses alliés majeurs. Ce n'est pas pour autant que vous devriez mal le prendre, en réalité très peu de monde connaissent sa véritable personnalité même dans sa propre guilde. De ce fait, la plupart des gens le connaissent sous cet aspect enfantin, de grand enfant qui n'a grandi que de corps. N'importe qui serait étonné de voir à quel point tout l'émerveille, et ce n'est vraiment pas exagéré : Il serait émerveillé pendant plusieurs minutes si un jour il voyait une poule péter. Ça en dit également long sur sa naïveté, il serait capable de suivre n'importe qui dans sa camionnette pour quelques bonbons. D'ailleurs ce quart d'heure de souffrances en vaudrait la peine selon lui si il pouvait obtenir les friandises tant convoitées... Le sucre, y'a qu'ça qu'est vrai pour lui ! On ne peut pas non plus passer à côté de cette peur maladive qui l'habite, ne sortez surtout pas votre main de manière trop brusque de votre poche, sinon il aura systématiquement peur que vous le frappiez, cachant ainsi sa tête avec ses bras.
Bon, jusque-là, il ne fait que susciter l'étonnement et l'incompréhension auprès de la population, mais malheureusement ça ne s'arrête pas là. Peu importe à quel point vous savez garder votre sang froid, peu importe si vous êtes un moine ou si vous êtes un puits de sagesse et de tolérance : Il finira toujours par vous faire sortir de vos gonds. Pour commencer, il y a ses "blagues", et prenez bien le soin de remarquer les guillemets parce qu'il est vraiment difficile de ranger ses conneries dans le registre de l'humour tellement elles sont plus chiantes que drôles. Pour boucler la boucle, il y a son humour qui ne connait aucunes frontières, qu'elles soient raciales ou religieuses ! Tout y passe, de l'humour gras à l'humour noir, et ce n'importe quand, même en combat lorsqu'il estime que l'adversaire en face n'est pas une menace. Le tout est ponctué par d'incessantes mimiques gestuelles exagérées et grotesques, comme par exemple le fait que lorsqu'il coure il fasse le super héros ou l'oiseau en agitant les bras, ou le fait qu'il mente abominablement mal...
Outre cette masse de défauts, on ne peut cependant lui enlever sa sociabilité et sa bienveillance apparente : Peu importe votre physique,votre mentalité ou votre passé, il cherchera toujours à être votre copain. Et si vous êtes un clodo, il vous donnera toujours assez de sous pour aller vous acheter un sandwich, généreux comme il est. Il n'est vraiment pas difficile, faut dire, il semble aimer tout ce que la vie peut lui offrir, même les trucs chiants, et s'y intéresse de façon immodérée. Les gens malins remarqueront cependant que la personnalité de l'individu en face d'eux est bien trop surréaliste et exagéré pour être réelle, et devineront bien qu'il ne s'agit que d'un masque, au même titre que celui qu'il porte. Mais on ne peut pas lui en vouloir, le peu de rapports humains sains qu'il a connu au cours de son enfance peuvent entrer en compte en tant que circonstance atténuante...

Passons maintenant au vif du sujet, la véritable personnalité du bonhomme... Ne vous laissez surtout pas avoir par le doux nom qu'il porte, il est probablement l'un des plus grands chasseurs de mages blancs qui peuplent ce monde actuellement. Le principal aspect à souligner chez le vrai Kagami, ce serait probablement sa mégalomanie exacerbée, poussée à l'extrême. Selon ses propres dires, bien que cela soit avant tout par provocation et qu'il n'y croit pas réellement, il a dépassé la condition de simple humain depuis longtemps déjà, et n'est là que pour superviser le reste de la plèbe, la population, qu'il considérerait toujours selon lui comme de simples subalternes... Un Dieu improvisé qui a de l'ambition cependant, puisque son but est assez simple : Devenir le mage le plus puissant de l'Histoire, quels qu'en soient les moyens, dans le but de réformer ce monde-prison qui devient de plus en plus pourri par l'Humanité, et d'y amener une paix durable. Pour cela, il n'hésitera pas à soumettre le monde à sa volonté et à lui imposer la paix par la terreur, peu importe le prix qu'il faudra payer pour y arriver, notamment détruire toutes les barrières venant se placer entre les gens, comme les guildes. Pour assouvir de telles ambitions, vous avez surement déjà compris qu'il est habité par une volonté sans limite, ainsi qu'une parfaite confiance en soi et de ses capacités.
Mais même un Dieu a parfois besoin d'être assisté dans sa démarche, c'est pourquoi il ne s'entoure que de personnes qu'il estime de valeur. Entrer à ses services ou devenir son allié n'est pas un pari risqué, contrairement à ce que l'on pourrait penser, puisqu'à la moindre insubordination ou à la moindre faiblesse, il ne fera que vous laisser sur le bas-côté, avec la plus grande ingratitude qui soit, pour aller accomplir la mission en cours seul. Être faible n'est pas un crime en soit, mais décevoir le patron, c'est presque un blasphème, vous savez ! Il n'en est pas de même pour ses adversaires : Il est naturel de se débarrasser des gêneurs, alors si vous êtes en difficulté face à lui et que vous sentez que ça finira mal... Fuyez ! Car il n'aura aucune pitié à votre égard si vous vous mettez entre lui et son objectif. Vous devinerez aisément qu'il est particulièrement introverti, à tel point que sa vie sociale est particulièrement plate, ses seuls véritables amis étant surtout les animaux, qu'il considère comme victimes impuissantes de la cruauté humaine. Un amour étonnamment réciproque malgré l'aura sombre qui émane du personnage : Même les chiens les plus féroces fraternisent très rapidement avec lui. Il ne se rend pas compte que ce vide qu'il ressent jour après jour dans sa poitrine est dû à cette solitude qui le hante depuis tout jeune, un vide qui mystérieusement se remplit lorsqu'il fait place à sa fausse personnalité, qui au contraire de lui est parfaitement extravertie, à l'image de son ami d'enfance qui inspire cette facette de lui.
Les dommages collatéraux n'ont jamais effrayé Kagami, c'est pourquoi peu importe le décor théâtre de l'affrontement qu'il mène, il pourra toujours se donner à fond, même si cela entraîne la destruction d'habitations ou de patrimoine culturel important. Malgré cet aspect "bourrin" il reste cependant un être très calculateur, un stratège capable d'échafauder des plans efficaces dans n'importe quelle situation et savant parfaitement comment synchroniser et utiliser les outils à sa disposition. On retrouve d'ailleurs cet aspect-là de sa personnalité lors de ses missions capitales, où il fait preuve d'un grand professionnalisme et est méticuleux dans chacun de ses gestes. Vous ne le verrez par ailleurs jamais énervé ou animé par une quelconque autre émotion pouvant nuire à l'accomplissement de la mission, tout ce qui pourra le caractériser dans ces moments-là comme à chaque fois qu'il montre sa vraie personnalité, ce sera le calme. Une sérénité quasi permanente, bien que toujours taquin et acerbe dans ses propos. Pendant son temps libre, vous le verrez souvent en train de feuilleter des livres de toute sorte : Romans, recueils de poésie, essais philosophiques... Une âme littéraire, si bien qu'il lâche parfois malgré lui quelques citations de grands auteurs quand il parle. Pour développer les revers stratégiques de son esprit, rien de plus simple : De régulières parties d'échec pour affiner ses capacités d'analyse et de gestion. Il aime à dire que tous ses hobbies ne sont là que pour l'élever, mais l'on se rend rapidement compte de sa mauvaise foi lorsque l'on constate qu'il est aussi un assez bon pianiste et qu'il semble avoir la main verte ! En revanche il ne porte pas une grande attention à sa condition physique, laquelle occupe une place secondaire dans le maintien de soi selon lui. Il ne fait que suivre sa philosophie : Les possibilités mentales et spirituelles sont infinies, tandis que le paroxysme physique est vite atteint.
Pour ce qui est du registre de ses émotions, c'est bien simple, il est malgré lui sensible à la souffrance d'autrui, surtout lorsqu'il s'agit d'innocents, et c'est l'un des aspects de sa personnalité contre lesquels il se démène le plus, le considérant comme un frein à son ambition. Il est également un hédoniste qui n'hésite pas à bien récompenser ceux qui lui rendent service à la juste valeur de leurs efforts, ou à faire des dons de nature pécuniaire à n'importe qui, pour n'importe quoi. Il n'y a pas non plus de choses qu'il aime ou qu'il n'aime pas, il reste passif à tout ce qu'il se passe autour de lui au contraire de sa facette enfantine. Ce n'est pas qu'il s'en foute, non, mais il pense beaucoup trop, interprétant ainsi tout ce qui se passe autour de lui, tout en cherchant à comprendre. De ce fait on peut dire qu'il est très tolérant, étant totalement neutre en ce qui concerne les religions, les races, les distinctions sociales etc... Pour preuve, il fait partie de ces rares personnes pour qui l'argent n'est pas réellement important. La seule chose dont il a besoin, c'est du minimum, en fait. Quant à ses tourments, seuls son incompréhension de certaines émotions humaines le laissent pantois. Il ne comprend pas l'amour, un concept obsolète qui ne dure jamais et qui ne fait que conduire au désespoir et à la haine, ni l'amitié qui se brise si facilement, et encore moins le bonheur, alors que le monde actuel est tout ce qu'il y a de plus pourri. Malgré lui, il jalouse cependant tous ceux qui sont animés par ces émotions qui sont portés par la force des liens qui les unissent avec leurs proches, à tel point que parfois il aimerait juste tout plaquer pour pouvoir essayer de vivre une vie simple. Les nombreux paradoxes, états d'âme et interrogations qui germent de plus en plus dans son esprit avec le temps viennent renforcer cette envie.
Pour conclure, souvenez-vous juste que si vous êtes un étranger : Pas de souci, vous aurez un nouveau pote. Légèrement spécial, même beaucoup, mais il ne vous trahira jamais et vous restera fidèle pour l'éternité ! Bien qu'il peut être gênant d'être vu en sa compagnie et qu'il conservera toujours une crainte maladive vis-à-vis de son environnement, et à la condition que vous puissiez supporter ses blagues vaseuses et sa joie de vivre, évidemment. Après, si vous êtes sous ses ordres directs ou êtes un allié majeur, le seul conseil qu'on pourra vous donner c'est de vous donner à fond pour ne pas entraver ses plans par votre absence de savoir faire, et si jamais ça devait arriver... Et bien, il ne se passera rien : Ça le fera juste chier de devoir réparer vos conneries en solo ! Complexe, sa personnalité ne peut être explorée dans tous les détails, surtout à cause des conflits perpétuels qui la gangrènent et de cette épaisse carapace qu'il se forme pour se protéger. La seule chose certaine, c'est qu'elle évolue sans cesse au fil des nouvelles expériences et rencontres du personnage, lesquelles lui permettent parfois de parvenir aux réponses qu'il cherchait en vain dans sa solitude.


Contes-nous ton histoire

Prologue.

Tellement de sable... C'est probablement la première chose qui choque un voyageur de passage sur les terres désolées de Mu. Un nom qui parait bien simpliste, mais qui définit bien ce que sont devenus ces terres il y a maintenant un siècle. Une syllabe, c'est bien assez pour représenter tout ce qu'il reste dans ces dunes sableuses interminables. Réflexion faite, c'était un constat exagéré, niveau ruine c'est pas si mal que ça, en admettant que vous vous intéressiez à ce genre de choses. En tout cas, c'est au moins valable pour la surface du continent. Vous savez ce qu'on dit à propos des icebergs ? Oui ? Et bien pour Mu, c'est exactement pareil. Vous n'avez surement pas idée de tout ce qui est enseveli sous ces millions de tonnes de sable. Et encore moins du nombre incroyable d'entrées secrètes conduisant à des lieux de culte malsains ou autres centres d’expérimentation clandestins. Mais à l'époque où je vous parle, il fallait obligatoirement être un groupuscule aux buts pas très nets pour avoir à vous cacher là-bas... Il fallait vraiment avoir peur de se faire choper par le conseil pour se terrer ainsi comme des fennecs, à des centaines de kilomètres de toute civilisation avancée. A force de vivre sous la terre et de côtoyer jour après jour les mêmes gugus, c'est pas étonnant que certains perdent la tête au point de recourir à des expérimentations sur des humains pour arriver à leurs fins. Et il se trouve qu'on se situe exactement dans ce genre de cas : Un centre de recherches clandestin tenu par un trio de scientifiques qui étaient au départ plutôt sains d'esprit, et qui étaient assez originaux, pour une fois qu'on avait pas affaire à un duo... Au départ, ils avaient aménagé un petit coin tranquille sous les ruines de ce qui semblait être un lieu de culte, du genre une cathédrale, pour simplement faire quelques expériences sur les flux de magie noire qui opéraient dans la zone du dit-lieu de culte. Bon, il fallait admettre que c'était pas très joyeux à l'intérieur de la bâtisse, qu'il y avait des restes de ce qui semblaient être des rituels macabres et tout, mais de là à ce que 100 ans après il reste encore des flux importants de magie noire... Ils devaient pas y aller mollo à l'époque les mages noirs, pas comme ceux de cette époque, même si ils commençaient déjà à reprendre du poil de la bête. On a le cadre de l'espace, mais nous n'avons pas la date des évènements narrés jusqu'ici, voilà votre réponse : C'était il y a 35 ans, soit 20 ans avant l'avènement des guildes noires, et 10 ans avant la naissance de notre héros. Tadam ! Cadre spatio-temporel établi !
Ahem.. Et donc ! Si la personne qui est en train de lire dispose d'un serpent à col roulé fan de bowling au niveau de l'entre-jambe, il saura que ça fait pas du bien de rester plusieurs mois, voire plusieurs années sans même avoir un seul magasine spécialisé pour faire son affaire peinard. Bon ok c'est pas la principale raison, mais toujours est-il que c'est assez ridicule de la part de mecs ayant une moyenne de QI additionnée s'élevant à 178 d’omettre ce genre de détails primordiaux ! La vérité est malheureusement un peu plus cliché, pas de chance -Et surtout que j'ai pas d'inspi' keuf KEUF-, les forts taux de magie noire présents dans l'atmosphère ont vite tendance à perturber l'organisme des êtres vivants, et dans le cas des humains de les ramener de force dans leur période pubère où ils ne pensent qu'à tout casser et à embrasser les ténèbres...! Il faut croire que la magie noire, ça marche un peu comme la radioactivité, en plus méchant et avec moins de bras en trop.
Les locaux étaient heureusement bien assez grands pour pouvoir mettre en place leur nouveau projet : Reproduire le pouvoir du mage noir Zeref, l'œil du démon, une faculté permettant d'atteindre les abysses de la magie, les forces les plus sombres qu'il existe en ce monde, et d'en exploiter la puissance... Le soucis, c'est qu'on connaît tous les risques encourus par ceux qui font un peu trop joujou avec les magies perdues, et les savants avaient encore assez de lucidité pour anticiper le fait qu'ils pourraient vite se faire consumer par les forces obscures si jamais ils s'avisaient de trop faire les kékés avec des forces qu'ils ne pourraient contenir. Les expériences sur les animaux étaient un peu démodées semblait-il, parce que le tout premier choix des gentils scientifiques se porta bien évidemment... Sur des gosses. Wow, niveau cliché, ce prologue mérite un 10/10, ça augure que du bon !

---

Chapitre I - La vie c'est comme du gruyère.

Il était né là, dans la crasse omniprésente d'une petite cellule de rétention. Dès sa naissance il semblait légèrement chétif, ne pesant que 2,8kg. Le plus étonnant restait quand même le fait qu'il avait déjà 3 bons centimètres de cheveux sur le crâne, chose aussi rare qu'inutile à savoir. Ses parents ? Oh, tout ce qu'il y a de plus commun : Deux des captifs qui ont été forcés de copuler sous l'emprise de puissantes drogues incapacitantes et aphrodisiaques les ramenant à un état simiesque. Depuis qu'ils avaient commencé leurs petites expériences sur des enfants il y a quelques années, c'était devenu une vraie usine à rejetons dans le coin. Dès que les gamins atteignaient l'âge suffisant pour procréer, c'était parti, on rechargeait le stock. Mais vu le peu de gosses qu'ils avaient pu dégoter au début, après 10 ans à suivre ce système, ils étaient quasiment tous de la même famille, quasiment tous consanguins. N'importe qui aurait pu le remarquer d'ailleurs, le taux d'orteils palmés était particulièrement haut dans ce modeste entrepôt improvisé où seuls la puanteur et l'obscurité régnaient. Par chance, le nourrisson qui nous intéresse était en parfaite santé, physique comme mentale. Le terme "chance" était d'ailleurs assez approprié vu la situation... Malheureusement, il eut la malchance de tomber dans la nouvelle génération, celle où on commençait les expérimentations et les injections dès la naissance. Et on parle pas d'injections d'insuline là, mais bien d'injection de fortes quantités de magie noire. Les trois gérants avaient supposé que si la plupart des enfants ayant passé la dizaine d'années ne supportait pas le traitement au point d'imploser après avoir reçu de trop grandes quantité d'énergie, c'est qu'ils n'y étaient pas accommodés. D'un autre côté c'était assez malin d'leur part, mais bon, il faudrait pas que notre petite histoire s'achève déjà, y'a encore un paquet de choses à lire, ami correcteur, tu vas en baver, sois-en conscient.
Jusque là, tout allait mal donc, après avoir été couvé une petite semaine dans une nourrice robotique, le petit sans nom risquait déjà de se faire consumer par de la magie noire. Il aura eu une belle vie... Mais ! Coup du sort, ou plutôt nécessité scénaristique, la méthode des trois scientifiques que nous allons maintenant nommer sans pour autant que ça ait une quelconque utilité se conclut sur un franc succès. Balthalol, Gaspalol et Melchilol avaient trouvé la parfaite méthode pour assimiler l'énergie noire à un être vivant, il fallait simplement l’accommoder dès sa naissance, le faire grandir avec elle. Peut être était-ce dû à la magie noire, mais le nourrisson qui paraissait si chétif devint au fil des années un jeune garçon de 10 ans bien bâti physiquement, dans tous les sens du terme. Comme quoi ça n'avait pas que du mauvais, c'est pas la magie standard qui aurait fait ça t'sais. Et ce n'était pas la nouvelle nouveauté : Il avait un nom. Kagami qu'il s'appelait, un nom simple, passe-partout. Du moment que c'était pas trop fantaisiste, ça lui allait de toute façon. Mais n'allez surtout pas croire que c'est une idée des scientifiques, déjà qu'ils prenaient même pas la peine de filer des fringues à leurs cobayes, les obligeant à se balader presque à poil à longueur de journée dans leur base... Non, c'était quasiment devenu une coutume maintenant, les enfants se nommaient entre eux. Il fallait pas non plus s'attendre à des miracles, ils étaient nés pour la plupart dans cet enfer souterrain sans jamais avoir vu le monde extérieur, ils n'avaient absolument aucune culture, ni aucune logique. Ils ne savaient même pas qu'on pouvait avoir des noms de famille, vous voyez le genre. Mais au moins, la magie noire ne semblait pas opérer sur eux comme elle l'a fait sur les savants, la pureté de l'enfance sans doute. Ouais c'est simpliste comme raison, mais on est dans le monde de Fairy Tail, c'est parfaitement crédible, et toc. D'ailleurs, c'était une solidarité sans faille qui soudait ces enfants qui étaient tous destinés à cette vie de cobaye, des liens se tissaient rapidement dans l'entrepôt. La personne qui marquera le plus Kagami durant cette période de sa vie, ce sera surement Nakami, un garçon de son âge qui à défaut d'être son exact opposé était son grand frère, comme bien d'autres enfants du centre, et surtout son meilleur ami. Il était d'une bonne humeur incroyable malgré les conditions de vie, et tellement naïf... Mais il gardait toujours espoir, même dans les pires situations, jamais l'idée d'abandonner ne lui traversa l'esprit. Sans s'en rendre compte, il était devenu un modèle pour Kagami, qui lui était renfermé sur lui-même, introverti, et qui n'accordait pas grande importance aux liens d'amitié forgés jusqu'ici. Même en faisant des efforts, il ne parvenait pas à s’imbiber de cette chaleur humaine...
Apparemment l'injection journalière de drogues et de doses létales de magie noire n'étaient pas suffisante pour atteindre l'objectif des savants, il fallait maintenant passer... L'épreuve ! Tintintin ! Dis comme ça, ça parait plutôt cool, du genre traverser une piscine remplie de piranhas ou prendre un petit bain d'acide, mais non là il s'agissait vraiment d'un truc assez hardcore, si je puis me permettre l'expression. C'était l'épreuve quoi. Tintintin ! Le fonctionnement ? Relativement simple et similaire aux simples injections : On te plaçait dans un fauteuil surélevé, position allongée, en dessous d'un gros bidule qui envoie de drôles de faisceaux d'énergie noire. Sauf que là le bidule était un peu différent. L'objectif de visée avait été modifié pour atteindre une précision chirurgicale, et le dosage indiquait que c'était loin d'être une petite injection. Et il était orienté... Vers les yeux. Kagami n'était pas le premier à passer, lui donnant le loisir de constater par lui-même de ce qui l'attendait. Des cris stridents comme il n'en avait jamais entendu auparavant, des cris à s'en déchirer les cordes vocales. Toutes les veines de leurs corps étaient apparentes, leurs corps semblaient littéralement se déchirer... Et surtout, leurs yeux fondaient... Ils fondaient littéralement sous la puissance du rayon. Ça n'augurait vraiment rien de bon. Même Kagami qui était d'un tempérament assez calme flippait à s'en salir le pagne. Vint alors son tour, guidé par les entités robotiques qui avaient la garde des enfants tandis que les savants se consacraient à leur boulot. Sanglé à ce fauteuil inconfortable, il ne put qu'attendre avec impuissance que le viseur soit ajusté droit dans les yeux du jeune garçon. Et la lumière fut. Une lumière annonciatrice de la pire souffrance qu'un homme puisse subir. Même Kagami qui avait vécu toute sa vie ces douloureuses injections d'énergie était submergé par la souffrance. Et ce n'était pas que les yeux, tous les muscles de son corps étaient assaillis par de violents électro-chocs nerveux, à tel point qu'ils semblaient se déchirer. Ses yeux ? N'en parlons pas. C'était comme si on leur enfonçait lentement des lames chauffées à blanc alors qu'ils étaient déjà ébouillantés. La douleur se poursuivait, mais Kagami tenait bon, et puis de toute façon c'était le héros dont il risquait rien. Mais il fallait avouer que malgré son tempérament effacé, la volonté dont il fit preuve ce jour-là était sans égale. A part peut être celle de Nakami, qui lui aussi parvint à venir à bout de l'épreuve... Tintintin...
C'était fait, sur une vingtaine d'enfants, seuls 2 avaient survécu au massacre. Une entreprise pas très rentable selon toute vraisemblance. La frustration d'un échec pouvant conduire à de folles extrémités, il ne fut pas étonnant que pour leur amusement personnel ces trois coquins de scientifiques forcent les deux survivants à s’entre-tuer pour décider de qui sera leur Zeref de poche.

« Nan c'est chiant, salut. »

« Tu m'étonnes, bye les mecs. »

Oui bon, il n'y a pas toujours besoin de recourir à la violence hein ! Surtout que maintenant, après des années d'exposition massive à la magie noire, ils avaient largement les moyens de se faire la malle sans trop de bobos. Et puis, Kagami commençait à avoir des affinités avec la magie de gravité, tandis que Nakami en avait dans la magie des astres. Un duo de choc, semblait-il. Le résultat de l'expérience ? Ils avaient juste chopé des yeux rouges, tu parles d'une utilité. Et non, vous l'espérez peut être, mais pas de séquence de fan service où un duo de gamins de 10 ans détruit tout un laboratoire et assassine de sang froid ses dirigeants, gardons quand même une certaine cohérence ! A la sortie du laboratoire, ce fut la révélation : Il y a un ciel au dessus de leur tête. Ça peut paraître normal pour n'importe qui, mais pour des enfants ayant vécu toute leur vie dans une base souterraine, c'était quelque chose. Après, il y avait aussi cette étendue de sable s'étendant à perte de vue qui s'ouvrait à eux. Le vrai voyage ne faisait que commencer... A condition qu'ils ne finissent pas morts déshydratés dans le désert évidemment, mais ça aucun risque, c'est une mort de loser, on parle des héros là quand même ! Ce fut donc par un coup de chance tout à fait hasardeux et ne constituant absolument pas une facilité scénaristique qu'ils tombèrent sur une caravane touareg qui leur permirent de voyager avec eux jusqu'à des terres plus civilisées.

---

Chapitre II - Le titre du chapitre I ? Aucune signification.

Sacrebleu, cette randonnée pédestre dans le désert, ils s'en seraient bien passé ! Être originaire du royaume de Mu c'est vraiment classe mais c'est franchement pas terrible quand on se retrouve paumé et sans matériel adéquat au milieu des étendues désertiques. Heureusement pour eux, ils ont embarqué un bon nombre de rations d'eau potable avant de fuir du labo. Et oui, c'était une fuite, c'est juste que le style narratif monotone utilisé à ce moment-là donnait l'impression qu'ils se tournaient vraiment les pouces pour sortir de là, mais non rassurez-vous : Ils ont galéré ! Il fallait déjà se repérer dans certains endroits qu'ils n'avaient jamais vu auparavant, passer au travers des nombreux drones de sécurité, casser la gueule à Balthalol qui se prenait pour un guerrier... Bien que ce dernier point était plus marrant qu'autre chose, certes. Ils constatèrent vite que la véritable épreuve commençait : Trouver une civilisation accueillante tout en évitant de succomber à la chaleur cuisante du soleil. Un exercice bien difficile, sachant qu'aucun des deux n'a jamais suivi de programme d'entraînement militaire développant l'endurance et l'adaptation à tout milieu hostile... Au moins ils purent découvrir plein de nouvelles choses, comme la culture de la caravane de nomades les ayant pris sous leur aile, les oasis du désert, une faune hostile, et surtout les mirages... Une excursion comme ça, ça valait n'importe quel manuel d'informations. Heureusement pour eux, il semblait que la chance guidait leurs pas ce jour-là, en plus du fait que ce soit les héros de l'histoire, puisqu'ils parvinrent à sortir du désert grâce à leurs amis nomades, arrivant jusqu'à un port qui allait leur permettre de rallier ce qui allait désormais être leur nouvelle maison : Arcadya, le royaume des érudits. On voyait directement la différence avec Mu : Des arbres, de la végétation, des rivières, une faune un peu plus amicale... Encore une fois, tout ça constituait des nouveautés pour les deux jeunes arrivants qui avaient encore plus fraternisé durant le trajet, devenant presque des frères. Les habitudes du laboratoires ressortaient, c'était toujours Nakami qui osait s'adresser aux gens qu'ils rencontraient. Après les nomades du désert, les paysans de la région rurale d'Arcadya furent les premières personnes que les deux évadés rencontrèrent. Ils étaient relativement généreux, allant jusqu'à offrir des repas aux vagabonds, à les inviter à leur table. C'est au cours de ces pérégrinations qu'ils apprirent le minimum à savoir : Les règles de politesse, les lois à ne pas enfreindre, la façon de se comporter en société... En apprenant tout ça, on ne pouvait pas leur en vouloir si ils avaient vraiment l'impression de venir d'un autre monde.

C'est également à ce moment-là qu'ils rencontrèrent pour la première fois d'autres mages. Et pas des gentils apparemment. D'après ce qu'ils avaient entendu des paysans locaux, ils savaient que depuis maintenant deux ans, le pays avait été soumis par une guilde noire à l'influence néfaste : Dark Chess. L'échiquier sombre, ça en disait long sur l'organisation que cette guilde devait avoir, avec tout en bas de l'échelle les pions chargés de mettre à sac les villages et de racketter les voyageurs, se contentant des basses besognes. Et surtout aucun challenge, étant donné que la plupart des guildes officielles avaient pris la fuite au lieu de se battre... Même la légendaire guilde de Fairy Tail semblait avoir courbé l'échine face à l'ennemi. Quel déshonneur pour un nom si prestigieux. Mais là n'était pas le souci principal des deux jeunes garçons qui n'étaient là que pour vivre leur vie paisiblement. Ou plutôt, commencer à vivre. Ça semblait être plutôt mal parti quand ils furent chopés avant même d'avoir pu rejoindre la capitale parce qu'ils n'avaient pas pu payer une taxe de péage fixée par Dark Chess. Car oui, il fallait savoir que les malandrins fixaient des péages un peu partout dans le pays, ils en avaient le pouvoir étant donné que ce dernier leur était totalement soumis. Même en maîtrisant des magies rares, ils ne pouvaient vraiment rien faire face à des mages adultes et expérimentés, qui plus est en nombre conséquent. C'est cependant le fait de maîtriser des formes de magie rares qui les sauvèrent : Au lieu d'être revendus en tant qu'esclaves sur le marché noir, ils finiraient esclaves à la solde de Dark Chess, youpi. Il n'était même pas question d'être un pion ou autre chose, ils n'étaient vraiment que des toutous destinés à faire les basses besognes des membres les plus au bas de l'échelle hiérarchique de la guilde. Quel prestige ! Au moins, le boulot ne semblait pas dangereux, tout ce qu'ils avaient à faire c'était de faire les oiseaux messagers, livrer des colis, écouter des conversations, faire les balances... Des trucs de sous-fifre quoi, voire de petites *bip*. Et le pire, c'est que c'était mal payé, juste de quoi pouvoir s'offrir des sapes moisies et juste assez de nourriture pour survivre. Enfin, le pire, c'est ce qu'ils croyaient au début, à ce moment-là il n'avaient pas pris en compte le QI de bulot de certains membres des guildes officielles. Qui à part un limité aurait pu penser que deux mômes d'une dizaine d'années fraîchement débarqués d'un autre pays pouvaient avoir le niveau requis pour être des pions de Dark Chess ? Un limité venant tout droit de Fairy Tail, étonnant ! Clap, clap, clap. L'altercation avait eu lieue juste après qu'un pion de chez Dark Chess leur ait remis un colis a remettre à un membre important de la guilde, un cavalier. Et le destin a placé sur le chemin ce foutu membre embusqué de chez Fairy Tail qui s'est tout de suite braqué en voyant l’emblème de la guilde noire sur le paquet. Le terme "braqué" était d'ailleurs un euphémisme, puisqu'il n'hésita pas à leur couper la route et à les bousculer en les accusant directement d'être des mages noirs.

« Je n'peux qu'être fasciné devant cette pathologie que tu nous présentes là. Sans doute un mix entre une paranoïa chronique, une sévère trisomie 21 et un syndrome d'Asperger, le tout couplé avec un ahurissant manque de boules, j'me trompe ? »

« ...T'aimes faire de l'esprit, mage noir ? Mais tu vaux quoi en combat d'homme à homme, hein ? »

L'affrontement semblait inévitable grâce à la cécité et à la stupidité de l'adversaire. Cette fois-ci, la tournure du combat allait en faveur des deux garçons, qui usaient du peu de techniques qu'ils connaissaient pour venir à bout du mage adverse, qui utilisait un Take Over. Il connaissait plusieurs formes animales pour s'adapter aux situations, allant des fauves aux oiseaux, des herbivores aux carnivores... Il semblait avoir une excellente maîtrise de sa magie, si bien qu'il finit par littéralement déchiqueter l'épaule de Nakami avec sa mâchoire de lion, enchaînant sur une multitude de coups de griffes enragés sur tout le reste de son corps. Attention, situation clichée incoming ! L’œil droit de Kagami s'éveilla subitement sous le coup de la colère et de la frustration, formant un trou de verre à l'endroit où son regard était braqué, à savoir le mage de Fairy Tail qui semblait alors onduler telle une vague. Le tout se concentrait en un point noir immatériel visible également par la cible, qui n'eut pas le temps de réagir que sa poitrine disparut d'un coup net, laissant un trou béant et le terrassant sur le coup. La première fois que l'on tue, ça marque toujours, d'autant plus lorsque l'on a 10 ans et que la scène est si gore... Mais cette fois, la culpabilité n'était pas apparue. C'était pas si mal que ça, d'ôter la vie d'un enquiquineur de bas étage, à qui allait il manquer ?... Se débarrasser d'un fauteur de trouble, ça constituait en soi un petit pas vers la paix. Mais rien n'assurait que la prochaine fois il pourrait utiliser ce pouvoir à sa guise, il comprit qu'il lui restait encore beaucoup à apprendre. Aussitôt, le jeune garçon bondit au chevet de son ami, agonisant et commençant à s'étouffer avec son propre sang... On passera cette scène émouvante : C'est intime, et vous connaissez surement la conclusion logique... Tout ce dont vous avez besoin de savoir, c'est que malgré son jeune âge, Nakami partit le sourire aux lèvres, voyant que son ami n'était pas blessé, et qu'il put lui faire ses adieux en bonne et due forme. Même pour un futur pseudo-salopard pragmatique, la mort de l'unique être cher, ça fait toujours mal. Maintenant, c'était officiel, il était vraiment seul, et quand il l'eut compris ce sont ses larmes qui s'exprimèrent à sa place. Lui qui comptait toujours sur Nakami pour parler à sa place, pour le guider, qu'allait-il devenir ? Comment allait-il finir sans aucune chaleur humaine à laquelle se raccrocher ? Les pensées se bousculaient dans sa tête, de même que ses émotions : Tristesse et colère s'entremêlaient, faisant naître une haine indescriptible pour Fairy Tail, la guilde qui lui prit son seul ami. Il en fut de même pour les autres guildes officielles du même acabit qui auraient aussi pu causer cette situation, ainsi que pour Dark Chess et les guildes noires qui les ont menées sur ce chemin-là. Il avait désormais trouvé un but : Renverser le monde pour en créer un nouveau, un monde où l'on aurait plus à craindre de perdre les êtres qui nous sont chers. Et pour cela, il ne serait pas seul : Nakami l'accompagnerait. Ou du moins, il allait devenir Nakami, s'appropriant sa personnalité pour devenir un être complet, un être parfait. En faisant cela, il perdrait son identité, il ne serait plus personne à proprement parler, d'autant plus que personne ne savait d'où il venait ni qui il était. D'où le masque qui allait dès à présent couvrir son visage pour les années à venir...

La cicatrisation ne se fera jamais, Nakami étant tout ce qu'il avait, le seul lien qu'il gardait de l'endroit où il était né. Mais il ne pouvait pas se permettre de pleurer. Il avait un nouvel objectif motivé par la perte de son meilleur ami : Développer son potentiel magique pour se venger non seulement de Fairy Tail, mais aussi de Dark Chess. Pour cette dernière, la chose risquerait cependant d'être fort compliquée, son influence l'obligeant à agir directement de l'intérieur... Le masque allait l'aider pour cette tâche, il allait pouvoir cesser d'être un larbin des pions de la guilde noire pour pouvoir se consacrer exclusivement au développement de ses capacités, jusqu'à pouvoir intégrer la fameuse guilde visée. De là il pourrait s'attaquer à toutes les guildes officielles tout en affectant de manière discrète les guildes noires sous la tutelle de Dark Chess. C'était un bon plan. Une fois qu'il en aurait fini, il n'aurait plus qu'à détruire l’Échiquier et supprimer l'Empereur pour prendre sa place. Le plan était fixé, il savait que grâce à son masque, il ne serait enquiquiné ni par la multitude de pions qu'il avait rencontré, ni par les membres de Fairy Tail qui chercheraient à venger leur défunt ami. Puis, dans quelques années, son visage et son existence-même seraient totalement oubliées, lui permettant de prendre le cœur léger sa place de Dieu du nouveau monde qu'il aura bâti de ses mains...

---

Chapitre III - Cela dit, faut admettre que le gruyère, c'est bon.

« ...En conclusion, tu n'as qu'à retenir l'essentiel : Les Humains se rangeront toujours aux côtés du plus fort, du plus craint. Mais combien d'entre eux lui resteront fidèles lorsque les choses tourneront à son désavantage ? Très peu. La plupart ne sont qu'une bande de rapaces n'attendant que le moment propice pour s'approprier son oeuvre. N'oublie jamais : Le cœur des Hommes est animé par l'avidité, l'envie et la soif de pouvoir... Et tu en seras la cible, quand le moment sera venu pour toi de me succéder. »

Sur ces mots, le quadragénaire quitta la pièce, laissant le jeune garçon à une liberté totale. En parcourant les couloirs de l'immense demeure qui était désormais son unique lieu de résidence, et ce depuis de nombreuses semaines, il ne tarda pas à entendre résonner dans la bâtisse les cris de la nouvelle arrivée. C'était étrange... Le propriétaire des lieux avait recueilli Kagami, lui avait offert un toit, de la nourriture, et une éducation des plus complètes... Et pourtant, il s'adonnait à toutes les pires atrocités avec cette gamine, qui avait l'air d'avoir le même âge que le jeune garçon. Arrivés à ce point, vous avez surement besoin d'un éclaircissement ! Quelques jours après son entrée dans Dark Chess, Kagami fit sensation en se hissant au niveau des pions les plus aguerris de la guilde, malgré son jeune âge apparent. Comme escompté, personne ne le reconnut, et il put obtenir ses galons par la seule force de sa motivation. Un tel potentiel attira l'attention d'un homme, et pas n'importe qui : Le big boss, le cador, le king ! Et oui, il s'agissait de l'Empereur, qui décela aussitôt la magie noire canalisée dans les yeux du jeune garçon, et toute l'étendue de son potentiel. C'est alors qu'il prit une décision inédite qui ne manqua pas de marquer les mémoires dans la citadelle : L'Empereur qui prend sous son aile un jeune pion, allant jusqu'à s'assurer de son éducation. Il ne donna aucune raison concrète à cette décision, et amena l'enfant jusqu'à sa demeure personnelle pour le former.

Cela faisait bien trois mois depuis ce jour. Kagami avait eu le temps de s'habituer au cadre luxueux de la demeure de l'Empereur, et avait pu se faire une vague idée du personnage. Cette situation représentait une aubaine pour lui, vu ses objectifs... Si il avait imaginé que ce serait sa cible qui prendrait en charge sa formation !




Derrière ton pc

Qui est le personnage sur ton avatar : Tobi (+ Uchiha Madara), from Naruto.
Veux-tu un rang sous ton avatar :
Code:
»Blood & Chocolate«
Prénom : Je préserve mon intimité...!
Ton age : 19 ans.

Où as-tu découvert F.T.R : Sur un topsite, tout simplement.
Qu'est-ce qui t'a attiré dessus : La bannière défilante, tout con j'sais.
Veux-tu avoir accès à la zone Hentai/Yaoi/Yuri : Why not ~
Code de validation :





[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Page 1 sur 1

Afficher la navigation