AccueilnewFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Izaya Kenshi
http://forumtest-ftr.lebonforum.com
Admin
▌Age :
24
▌Messages :
207
▌Date d'inscription :
18/09/2012

Feuille de personnage
Bla:
avatar
Admin

Sam 12 Oct - 16:54
Izaya Kenshi



[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Carte D'identité
○ Nom :  Izaya
○ Âge :   20 ans
○ Sexe :  Au dernières nouvelles, je suis une femme.
○ Nationalité :   Inconnue.
○ Taille :   1m78
○ Poids :   59Kg
○ Orientation Sexuelle :  Je n'ai pas réellement eu le temps de me poser la question...Probablement, bi...
○ Groupe sanguin :   Oh...Tu veux goûter ?
○ Guilde/Organisation :   Assassin's Guild.

○ Qualités :   Loyal, douce quand Izaya domine, intelligente, attentive, perspicace, rusé.
○ Défauts :   Sadique, aime la torture.

○ Hobby :   Les reptiles et autres animaux pouvant être dangereux,  la lecture, voyager.
○ Phobie :   Bonne question.

○ Informations particulières :   Vient de la Terre.

Arme & Magie
○ Arme :   [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] qui se trouve être très solide et tranchante. Izaya sait la manier à la perfection et l'attache dans son dos lorsqu'elle ne l'utilise pas.
○ Magie :   Magie perdue de l'acier - Permet à son utilisateur de créer toutes sortes de choses à partir de l'acier et lui permet de les faire suivre une trajectoire et d'en changer grâce à son propre sang stocké dans ses créations.


L'histoire ne s'écrit pas seule...
Nous connaissions Edoras. Ce monde étrange où la magie n’existe plus que dans les cœurs de ses habitants, où les dernières personnes se rappelant de ce phénomène extraordinaire, mais pouvant noircir le cœur des plus purs, ont péris jusqu’au dernier il y a de cela plusieurs décennie maintenant. Aujourd’hui, nous n’avons pas encore eu de manifestation de nouveaux mondes et pourtant, il en existe bel et bien. Des mondes où la magie existe, d’autres où les armes la remplace, puis il existe « ChronoWorld », ce monde où l’or et l’argent ont était replacer par le temps. Achetez un café, il vous coutera 4 minutes de votre vie. Achetez une voiture, elle vous coutera 2 152 152 minutes de votre vie si ce n’est plus. Gagnez du temps de vie ? Il vous suffit de travailler. Malheureusement, même en travaillant dur et en cumulant deux travails, vous devez payer votre loyer, votre nourriture, vos factures, les impôts, l’essence et les dettes que vous aurez accumulées au fil du temps.

La particularité de ce monde, c’est que vous arrêtez de vieillir à l’âge de 25 ans. A votre premier jour de vos 25 ans, un compte à rebours de 21900 heures se déclenche sur votre bras, ce qui correspond à un an et c’est à cet instant précis que vous réalisez qu’il se peut que vous mouriez demain, comme dans un siècle… Que vous viviez jusqu’à 50 ans ou 200 ans, vous conserverez à tous jamais un corps qui en paraitra 25 ans. Difficile de savoir si la personne à coté de vous dans une file de supermarché à 50 ans ou tout juste 25 ans. Si votre mère ne vous ment pas en disant qu’elle a tout juste 40 ans au lieu de 80 ans. L’avantage, c’est que les douleurs qui vous gagnent avec la vieillesse ne se montrent pas non plus. Seulement, les personnes qui vivent au-delà de 30 ans se font rares. 50 % des personnes qui meurent sont âgés de moins de 30 ans. 40% des autres ont entre 31 et 50 ans. 9.6% d’entres eux on entre 51 et 60 ans et 0.6% d’entres eux on entre 61 ans et 80 ans…Seuls 3% de la population est âgé de plus de 100 ans…Malheureusement, « il faut beaucoup de morts pour une vie éternelle… ».

C’est dans les quartiers pauvres de ChronoWorld, dans une ville du nom de Times, que Jane, une jeune femme d’une vingtaine d’année se trouvait. Un ventre arrondi, les mains appuyées sur les murs crasseux et noirs, elle marchait lentement à travers les ruelles, sous les regards ignorant des gens qui ne prenaient même pas la peine de l’aider. Tous courraient après la montre, poursuivit de près par la mort, personne n’avait le temps de s’arrêter pour arrêter son prochain. Un monde d’égoïsme et de trahison avait été créé.  S’appuyant sur la poignée d’une porte blanche, elle l’ouvrit et pénétra dans le bâtiment immense. On pouvait voir des femmes et des hommes vêtus de blouses blanches se précipiter vers elle…Elle avait le pantalon trempé, elle venait de perdre les eaux. Les larmes aux yeux, la douleur étant trop violente et les difficultés qu’elle avait éprouvée pour se rendre à l’hôpital l’avaient épuisée. Elle n’avait pas pu payer la facture téléphonique le mois dernier, elle n’avait pas assez de minutes à donner et payer une ambulance était trop cher pour elle…Elle n’avait pas non plus de voiture ou de moyen pour se déplacer.

Une femme lui apporta une chaise roulante et la fit s’asseoir en lui demandant son nom aussitôt afin de pouvoir commencer l’écriture de son dossier.

« Je m’appelle Jane Enshi, j’ai 20 ans et je n’ai jamais eu d’enfant… » Dit-elle avec quelques difficultés, ravalant ses larmes.
« Madame Enshi, ne vous inquiétez pas, vous êtes entre de bonnes mains, tout va bien se passer. » Lui répondit l’infirmière au tac au tac, poussant la chaise roulante jusqu’à une chambre faite exprès pour ce genre d’événement.

Un médecin entra dans la chambre, suivi d’une autre infirmière, il aida Jane à s’allonger sur le lit et afficha un large sourire, se présentant sous le nom de Dr Eric. Jane n’aimait pas sa tête, à vrai dire, elle ne le trouvait pas rassurant avec ses piercings, ses cheveux noirs hérissés, son teint pale…Mais elle n’avait pas d’autres choix que de lui faire confiance… Elle voulait accoucher au plus vite et que ses douleurs cessent.

- 2 Heures plus tard -

Le brouhaha habituel du hall de l’hôpital surpassait les pleures d’une personne, d’un nouveau né… Dans la chambre où se trouvait ce nouveau né, le corps d’une femme était étendu sur le lit, couvert d’un drap blanc, du sang au niveau du ventre laissait comprendre qu’elle avait subit une césarienne et que celle-ci avait mal tournée. Jane avait offert sa vie à sa fille qu’elle eu choisit d’appeler Izaya avant de périr… Le père ne se manifestant pas après plusieurs jours, les services sociaux prirent la décision d’envoyer la jeune Izaya dans un orphelinat dans lequel elle grandira, sera élevée et sera programmée pour faire un travail basique afin de survivre le plus longtemps possible une fois ses 25 ans atteints… C’est à l’orphelinat Saintya qu’elle atterrit, entourée d’enfants plus ou moins âgé. Elle se retrouva dans une chambre avec d’autres bébés…

- Quatre ans plus tard -

Debout devant lui, un crayon à papier dans la main, des gouttes de sang coulant lentement le long de son poignet, le regard dans le vide et pourtant rempli de haine. Des cris d’enfants se faisaient entendre. Un adulte arracha le crayon de la main de la petite aux cheveux blancs lune et la poussa vers un coin de la pièce alors que l’adulte qui n’était autre qu’une maitresse de classe de maternelle accourue auprès d’un petit garçon qui devait avoir 4 ans nommé Romain. Du sang coulant le long de sa joue, une main plaquée au niveau de son œil droit, il hurlait à mort, pleurant de tout son cœur… La maitresse se tourna vers la jeune fille aux cheveux blancs et lui flanqua une claque, puis deux, avant de finalement craquer et lui envoyer un coup de poing dans l’estomac. L’enfant se plia aussitôt sous le coup, la bouche ouverte, le souffle coupé, cherchant à remplir ses poumons d’air sans succès à cause de la douleur trop vive qui lui avait saisit les entrailles. Elle s’appuya sur le mur et se refusa de lâcher la moindre plainte de douleur ou la moindre larme, puis sortit de la classe décorée de nombreux dessins d’enfants, laissant derrière elle, la maitresse en colère qui alarmait et appelait les urgences. Quant à Romain, un œil en moins, pleurait sans cesse tout en se tenant le crane. La petite traversa le couloir sous le regard des maitres, maitresses et des autres enfants, dont un qui venait de lui faire un croche pied, manquant de la faire tombée, puis un autre lui planta un ciseau dans le bras avant d’être enguirlander par son maitre…Izaya gardait la tête haute, persuadée qu’elle avait eu raison d’agir ainsi puis elle lâcha :

« Personne n’a le droit de se moquer de ma mère, personne n’a le droit de dire d’elle du mal, personne… » Elle l’avait chuchoté, mais dit assez fort pour que quelques personnes l’entende, puis elle sortie du bâtiment avant d’être intercepter par le Directeur qui avait été mit au courant de ce qui se passait. Il saisit Izaya par le bras et sans chercher à savoir pourquoi elle avait agit ainsi, il la poussa dans son bureau dans lequel attendait la psychologue de Saintya, l’orphelinat où vivait la jeune lune. Izaya s’assit à coté de la femme et croisa les bras sans rien dire, écoutant simplement les dire des deux adultes.

« Cela ne peut plus continuer, c’est la deuxième fois que nous avons un problème de ce genre avec Izaya, on ne peut plus prendre le risque de la garder, trouvez lui une autre école, je ne sais pas moi, mais il est hors de question qu’on la garde. » Lâcha le Directeur, hors de lui.
« Je comprends Monsieur le Directeur, seulement aucune autre école n’acceptera Izaya maintenant, vous ne pouvez pas la garder encore un peu ? Le temps que nous trouvions un autre établissement. Comprenez, elle n’a pas une vie des plus faciles. » Enchaina la psychologue, sur un ton doux…
« Pour qu’elle crève le deuxième œil de Romain ? Il en est hors de question ! » Accentua-t-il avec un coup de poing sur le bureau.
« Très bien… Nous allons vous laissé. Pardonnez les soucis causés. » Termina la psychologue en se levant, attrapant Izaya par la main avant de la tirer vers la porte alors que le Directeur prit une dernière fois la parole :
« Allez plutôt dire ça à ce pauvre gosse qui n’a plus qu’un œil. »

Izaya et la psychologue sortirent du bureau puis de l’établissement avant de se rendre à l’orphelinat, une fois là bas, elles se rendirent dans le bureau de Marion, la psy et s’installèrent confortablement sur le divan. Marion lâcha un soupire et se frotta le front avant de tourner la tête vers Izaya…

« Dis. Trouvez une famille, est-ce que cela te plairait ? » Lui demanda-t-elle.

Izaya secoua la tête. Elle n’avait visiblement aucune envie d’avoir une mère ou un père de remplacement…Pour remplacer celui dont elle ne sait rien. Elle serra le collier qui pendait autour de son cou avec insistance et regardait un point invisible dans la pièce.

« Partir d’ici, cela te plairait ? » Demanda de nouveau Marion.

Izaya, cette fois ci, hocha vivement la tête avant de la tourner vers l’adulte se tenant à coté d’elle, visiblement curieuse.

« Izaya, tu es très intelligente pour ton âge, très débrouillarde, tu te comportes comme un enfant qui a le double de ton âge…Tu as de grandes capacités, malheureusement ton comportement ne colle pas avec elles. Il est impossible de te trouver un nouvel établissement où tu pourrais apprendre comme les autres enfants après ce que tu as fait. Tu as trop de violence et de haine en toi… C’est pourquoi… » Marion enfonça une aiguille dans le bras d’Izaya qui serra les dents sur le coup, avant de finalement fermer les yeux après quelques secondes à lutter contre le sommeil…

- Deux heures plus tard -

La vue floutée, se sentant légèrement planante, Izaya se redressa lentement, assise sur un lit, dans une pièce au mur blanc, elle balaya la pièce du regard avant de trouver un t-shirt orange et un pantalon aux teintes militaire qui correspondait à sa taille, ainsi qu’une paire de rangers… Elle pencha la tête sur le coté puis se frotta la crinière blanche avant d’en déduire qu’elle devait peut-être enfiler ces vêtements… Elle voulait comprendre où elle était et ce qu’elle faisait ici, elle n’avait aucun souvenir d’avoir voyager ou d’avoir été transféré dans un nouvel établissement… Ses derniers souvenirs remontent à la courte discussion qu’elle avait eue avec la psychologue de Saintya…La jeune enfant soupira et regarda son avant bras droit, voyant afficher, les minutes de vie qui se mettront à décompter lorsqu’elle aura 25 ans…Pour elle ce monde était trop fou, trop injuste, la vie n’avait aucun sens, pourquoi se battre pour vivre quand des gens fortunés qui ont en leurs possessions des siècles de vie en veulent toujours plus, c’est-à-dire, tuer toujours plus…Izaya était certes petite, mais elle avait rapidement comprit bien des choses, elle savait parfaitement bien parler, elle apprenait déjà le français et l’espagnol à l’école, un programme personnalisé que lui avait fait sa maitresse. Elle ne jouait pas comme les autres enfants, elle se contentait de rester assise sur un banc dans la cour de récréation et de dessiner ou encore à lire ses bouquins de langues. Elle était vraiment très intelligente et avancée… Mais le prix à payer était l’exclusion et l’ignorance de la part des autres élèves…

Izaya retira son t-shirt rose et le posa sur le lit, elle enfila le t-shirt orange, décoré d’une planète surplombée d’un ange étrange puis elle enfila le pantalon militaire après avoir retirer son short bleu et enfila les rangers. Elle sortit de la pièce et atterrit dans un couloir peuplé de personnes de tout âge, mais surtout plus âgés qu’elle. Elle se sentait toute petite à coté d’eux, mais cela lui était égal, elle s’approcha, timidement, d’un groupe de jeune…

« Pardon… Je suis où ? » Demanda-t-elle en rougissant légèrement…
« Je n’ai pas le droit de parler à un orange. » Réponse que lui donna un garçon qui devait avoir dans les 11 ans. Mais il ne s’arrêta pas là. Il leva le doigt vers un ascenseur, puis vers le plafond. Ce qui indiquait à la petite qu’elle lui fallait monter… Elle lui sourit et se rendit donc à l’ascenseur pour monter au dernier étage. Une fois rendue à destination, elle ne vit qu’une porte et une chaise… Elle toqua à la porte et une voix la pria d’entrer, ce qu’elle fit aussitôt. Elle découvrit une grande pièce, décoré d’un mur bibliothèque où de nombreux ouvrages étaient rangés par ordre alphabétique et par genre. Impressionnée, la petite tourna le regard vers un type au look plutôt étrange, assez coloré dirait-on. Elle le fixa longuement jusqu’à ce qu’il lui propose de s’asseoir, ce qu’elle fit…

« Bonjour Izaya. Le réveil n’a pas été trop brutal? » Izaya se contenta de secouer doucement la tête en guise de réponse. « Tu n’es pas très bavarde à ce que je vois. » Izaya hocha de nouveau la tête en faisant la moue. « Bon. Venons en au fait, je sens que tu n’attends que ça. Tu te trouves au centre de formation de Cherub. Cherub est une organisation qui entrainent des enfants de 10 à 17 ans et qui les utilises pour faire diverses missions à travers le monde pour la simple raison que personne ne soupçonnera un enfant d’être un agent secret. Les jeunes que tu as du croiser dans les couloirs font tous partie de Cherub. Tu te retrouves ici parce que Marion, la psychologue de Saintya est un ancien membre de Cherub qui a prit sa retraite à l’âge de 18 ans. Elle a suivit une formation payée par nos services pour devenir Psychologue, mais elle s’occupe également de repérer des jeunes cas, capable de faire du bon travail dans nos services. Nous sommes d’accord, crois-tu vraiment avoir un avenir dans ce monde ? Nous ton offrons un. Une éducation, des études à ton niveau, un entrainement pour apprendre les divers arts de combattre et nous t’enseigneront la discipline. Mais pour cela, il faut que tu le désires, mais également que tu passes quelques épreuves à ton niveau. Une épreuve pour voir ton niveau dans les matières de bases comme les mathématiques, mais surtout les langues, j’ai appris que cela t’intéressait particulièrement. Puis ensuite, dans les arts martiaux et en bonus, une petite épreuve que j’ai concocté moi-même. Alors ? Veux-tu tenter ta chance ou retourner en enfer ? »

L’homme fixa la petite longuement, attendant une réponse. Izaya se leva lentement puis elle s’approcha du bureau, faisant deux pas en avant en levant la main vers l’homme assit sur un large fauteuil de ministre. L’homme serra alors la main d’Izaya en souriant. 

« J’ai oublié un détail. Je m’appelle Mac. »
« Enchanté » répondit la petite en le regardant dans les yeux.

- 7 ans plus tard -

Adosser contre un mur, une  jeune fille aux cheveux blancs, aux grands yeux bleus retenait sa respiration. Elle était comme qui dirait dans une situation des plus critiques et il faut dire qu’elle l’avait bien cherché. La jeune fille avait provoqué le chef du gang Tignes, à Londres. En fait, c’était sa mission, se mettre à dos ce type pour attirer son attention tandis que d’autres agents qui partageaient la même mission qu’elle s’occuperaient de chercher des papiers importants, pouvant enfermer à vie le type qui la poursuit depuis une bonne demi heure. Elle roula des yeux et se dirigea discrètement vers une ruelle sombre avant de grimper le petit mur et d’atterrir de l’autre coté, prenant la route du point de rendez vous où elle devait retrouver ses compagnons de mission. Elle venait de semer le drogué et était contente. Ce n’était pas bien difficile, il suffisait de sortir de son champ de vision et le tour était jouer. Elle vit ses deux camarades revenir en souriant.

« Franchement, c’était facile. Izaya, comment tu as fais pour l’énerver ? » Lui demanda Kyle, un ami qu’elle s’était fait à Cherub lors des quelques années qu’elle y a passé.
« En faite, j’ai pris un de ses sachets de cocaïne  et je me suis barrée avec. Un revendeur tient plus que tout à ses petits paquets…C’était obligé qu’il me court après. Qui cracherait sur 50 heures de vie juste pour revendre ce sachet ? » Répondit-elle.
« Bien pensé… » Reprit Kyle alors qu’une voiture noir se montra au coin de la rue. C’était un agent du MI5 qui venait les chercher. Izaya se précipita dans la voiture et attrapa la bouteille d’Orangina qui était posée sur la banquette arrière avec d’autres boissons et de quoi manger. Elle aimait le retour de mission, il y avait toujours des trucs bons a manger dans l’arrière de la voiture, c’était son petit plaisir. Elle aimait particulièrement l’Orangina. Quelques longues heures plus tard, ils étaient de retour à Cherub. Izaya possédait déjà un T-shirt Noir… Je vous explique.

En 1957, Cherub à adopté le port de t-shirt de couleur pour matérialisé le rang hiérarchique de ses agents et de ses instructeurs.

Le T-shirt Orange est réservée aux invités. Les résidants de Cherub ont l’interdiction formelle de leurs adresser la parole, a moins d’avoir une autorisation du directeur.

Le T-shirt Rouge est porté par les résidents qui n’ont pas encore suivit le programme d’entrainement initial exigé pour obtenir la qualification d’agent opérationnel. Ils sont pour la plus part âgés de 6 à 10 ans. Izaya elle, l’a porté de ses 4 ans à ses 10 ans.

Le T-shirt Bleu ciel est réservé aux résidents qui suivent le programme d’entrainement initial.

Le T-shirt Gris est remis à l’issue du programme d’entrainement initial aux résidents ayant acquis le statu d’agent opérationnel.

Le T-shirt Bleu marine récompense les agents ayant accompli une performance exceptionnelle au cours d’une mission.

Le T-shirt Noir est décerné sur décision du directeur aux agents ayant accompli des actes héroïques au cours d’un grand nombre de missions. La moitié des résidents reçoivent cette distinction avant de quitter Cherub.

Izaya, après avoir mit plusieurs fois sa vie en danger pour mener à bien les missions qui lui étaient attribuées ou après l’avoir mis en danger pour le bien de ses compagnons, le Directeur, fier d’elle décida de lui donner le t-shirt Noir. La plus jeune de toute l’histoire de Cherub à avoir obtenu cette distinction aussi jeune. La fierté de Mac.

Izaya, alors qu’elle allait entrer dans le bureau de mac, comme à chaque fin de mission, fut interrompu par une rafale de vent, un vent étrange, plutôt lourd. Kyle tira Izaya par le bras, en arrière. Elle tourna la tête vers lui et écarquilla les yeux en voyant un trou énorme, étrange, dans le mur, ce n’était pas un trou normal, on aurait dit un tube magique, il dégageait quelque chose d’étrange. Izaya poussa Kyle derrière elle et s’approcha lentement du trou béant, restant sur ses gardes. Seulement, un bras sortie de ce trou en question et commença à la tirer. Kyle courut près d’elle et la saisit par l’autre bras pour essayer de la retenir, tirant de toutes ses forces en hurlant à l’aide. Mac déboula dans la pièce, figé devant la scène quelques secondes avant de tirer avec Kyle, seulement, impossible de faire lâcher le bras d’Izaya à cette main étrange. Izaya se faisait tirer petit à petit dans le trou et seule la moitié de son visage était visible désormais, ainsi que son corps. Elle serra les dents et tourna le regard vers Kyle et Mac qui se faisait tirer avec elle… Ce qu’elle avait peur, c’ était qu’ils tombent avec elle…

« Mac…Merci pour tout…Tu m’as sorti de Saintya alors que je n’étais qu’une gamine à problèmes, tu as été comme un père pour moi, j’ai depuis ce jour désiré plus que tout être ta fierté, je voulais que tu me vois autrement que comme un agent de Cherub. Je voulais que tu me voies comme ta fille… Kyle…On se chamaille beaucoup, je te tape souvent dessus sans raison, pour un oui ou pour un non, je t’ai même volé le dernier mars en te persuadant que tu l’avais déjà mangé… Je n’ai pas toujours été gentille avec toi, mais c’est juste parce que… Je t’aime… » Izaya afficha un large sourire, un des rares qu’elle affiche de temps en temps. Un sourire sincère, qui communiquer tous l’amour qu’elle pouvait ressentir à l’attention des personnes qui pouvaient la voir sourire « Je vous donne les années de vies que j’ai gagné… » Sur ces mots, Izaya agrippa le bras de Kyle et lui donna les 10 années gagnés en bossant durement. « Tu partageras avec Mac. » Dit-elle en souriant toujours autant «  Je garde 60 secondes pour moi. Alors mes amis. Je vous quitte… Et je vous aime ». C’est les larmes aux yeux que Mac et Kyle essayaient de la retenir alors qu’elle, lâcha prise, s’enfonçant davantage dans le trou avant d’être finalement avaler entièrement par celui-ci, prononçant juste avant de quitter ce monde « C’est en volant de nombreuses vies qu’on devient éternel…Ce monde doit cesser. Faites bon usage de mes années. »…

Quelques secondes plus tard, Izaya sentit le soleil sur son visage, son corps allongés dans l’herbe, le vent caressant son visage. Elle ouvrit lentement les yeux, bien qu’hésitante, se croyant morte. Au paradis. Mais une fois les yeux ouverts, elle comprit qu’il en était tout autre. Où était-elle ? Combien de secondes lui restait-elle ? Elle porta son poigné à ses yeux et observa des marques sur son bras, des chiffres… 000 - 00 - 00 - 00 - 00 - 01 … 0 Année, 0 Mois, 0 Jour, 0 Heure, 0 Minute et 1 Seconde. C’est-ce qui lui restait de vie. Seulement, cette seconde ne se décompter pas … Sans comprendre, elle tapota son bras en se levant, sentant ses jambes particulièrement légères. Elle n’y comprenait plus rien, elle était perdue. Le compte à rebout sur son bras avait cessé, sa montre était devenue une simple marque indiquant des 0 et un 1...

Izaya leva la tête avant de tomber nez à nez avec un homme vêtu sombrement. Elle se mit aussitôt en position de combat après avoir reculer de quelques mètres grâce à deux saltos arrière. « Qui êtes vous ? » Crache-t-elle, la voix pleine de colère, d’amertume. Elle n’était plus dans son monde, elle l’avait compris, elle n’était pas bête. Elle était en vie et sa montre s’était arrêté. Son cœur n’avait pas cessé de battre et un homme se tenait devant elle. C’était le seul capable de répondre à ses questions, mais surtout, celui à cause de qui elle se retrouver ici. « Pourquoi m’avez-vous amené ici ? Où sommes-nous ? » Continua-t-elle alors que l’homme garde le silence, regardant la petite dans sa position de combat…Puis l’homme se mit à sourire avant de s’asseoir dans l’herbe. Izaya, sans comprendre, restant dans la même position. « Je suis ton père. » Izaya se sentit prise de vertige sous cette déclaration subite et fronça les sourcils « Impossible, mon père est un lâche qui vit dans le monde où tu m’as enlevé. » Répondit-elle. « Non, ton père est un homme qui est tombé amoureux d’une femme nommé Marion Kenshi, une femme jeune aux magnifiques cheveux longs et blonds et aux yeux bleus. Ton père est un mage d’Acarya, ce monde où tu te trouves désormais. Ton père, c’est Moi et maintenant, je me tiens devant toi, je suis venu te chercher pour t’amener chez toi. Dans ton vrai monde. » Izaya tomba finalement sur les genoux, les larmes aux yeux, n’arrivant pas à comprendre pourquoi, comment. « Mais…Mais…Mon père n’existe pas…Ma mère est morte et mon père m’a laisser dans un orphelinat puis j’ai finis à Cherub… » L’homme se leva lentement en soupira et s’approcha de la petite avant de s’accroupir devant elle « Izaya…Je suis ton père, crois moi… Et je suis venu te chercher pour assumé mes responsabilités de père et te connaitre. Puis te rendre à ton monde… Tu ne faisais pas partie de la Terre. Tu es d’Arcadya…Seulement pour ta protection, on a envoyer ta mère sur Terre…Elle savait qu’elle risquait de mourir…Mais au moins, tu étais en sécurité sur terre…Même si je ne m’attendais pas à te retrouver dans une organisation telle que là où tu étais… » Izaya serra les dents et détourna le regard lentement « Où sommes nous ? » Demanda-t-elle, plus docilement. « A Arcadya…Un monde où l’argent de ton monde, sont des pièces, nommé Jewels. Où tu n’as pas besoin de donner de ton temps de vie pour te nourrir. Un monde où la magie existe…Et où ta vie était en danger à cause de ça. » Izaya pencha la tête sur le coté « Comment ça ? Pourquoi ? » Le père de la petite se leva et soupira en regardant au loin « Tu fais partie d’une famille qui à été pourchasser et détruite pratiquement entièrement à cause de la magie perdu, hérité de père en fils et fille qu’elle possédait…Nous avons la capacité de créer des lames et de les contrôlés à distance grâce au cœur fait de sang, de ces lames. De notre sang. » Izaya se leva à son tour et s’approcha de lui, montrant une fois de plus de grandes capacités d’adaptation. Si elle voulait rester en vie, elle n’avait pas le choix, ni le temps de pleuré sur le passer et ce qu’elle venait de perdre…Ce qu’elle venait d’apprendre aller également l’aider à retourner dans son monde et détruire l’état qui à mit en place ce système d’argent minute… « Je vois…Pourrais-je apprendre cet art ? » demanda-t-elle en regardant son nouveau père. Il afficha un sourire et hocha la tête lentement…

- Huit ans plus tard -

Une jeune femme, allongé dans l’herbe, contemplait le ciel étoilé à la recherche d’étoile filante pour faire un vœux. Ses cheveux blancs dansaient légèrement dans le vent. Un sourire aux lèvres, elle se leva et finit par poser le bouquet de fleur qu’elle tenait dans la main sur un tas de terre, devant une croix, planté dans la terre…Une tombe. La tombe de son paternel. Izaya se pencha, en signe de salut et reprit la route d’un pas lent… Son entrainement était finit. Elle avait rencontré le peu de famille qui était encore en vie durant ces quelques années passés au coté de son père… Une famille d’assassins connu à travers de nombreuses terres… La dernière mission qu’avait eu Izaya avait été de tuer son père pour prouver que son entrainement était finit…Une chance pour elle, jamais elle ne l’avait considéré comme son père, ce qui rendit la tache plus facile… Son cœur avait changé, il avait noircit, son objectif était toujours le même, trouver un moyen de retourner dans son monde pour exterminer ce gouvernement qui prolonge leur vie en volant celle des autres… Mais pour cela, il lui fallait un Yao Dimension Rare, celui que son père possédait… Un Yao qui a la capacité de vous mener dans un autre monde… Seulement, c’est un Yao à utilisation unique. Une fois utilisé, vous ne pouvez plus l’utiliser. D'où sa rareté. Izaya, vêtue de noir s’étira lentement et regarda le monde qui s’offrait à elle. Elle avait marché sur beaucoup de terre, elle avait vécu beaucoup de choses depuis son arrivé ici, mais son cœur n’avait toujours pas oublier Mac et Kyle… Aujourd’hui, elle tuera si cela pouvait lui permettre de retrouver son passé… De vivre de nouveau… Et de venger toutes ces vies volés… Il faut beaucoup de vies pour une vie éternelle…



Le corps ne reflète pas toujours l'ame...
Pour commencer, je vous avertie de suite, je ne vais pas passer par quatre chemin pour me présenter physiquement. Il n’y a pas trente-six milles façon de se décrire et je vais faire au plus simple pour vous et votre petite cervelle.

Tout d’abord, je suis une femme. Non sans déconner, on n’avait pas remarqué…Quoi la sublime poitrine moulait dans mon chemisier est passé inaperçu ? Vous me vexez beaucoup. Oh vous rigoliez ? Je préfère ça. Donc, je suis une jeune femme, je mesure environs un mètre soixante-dix, peut-être soixante-quinze. A vrai dire, je ne me suis jamais mesurer. Je dirais que je pèse dans les 60 kilos, je suis fine, mais pas trop, en faite, sans modestie, j’ai une silhouette parfaite. J’ai des yeux bleu, d’un magnifique bleu qui vari au rouge lorsque j’utilise mes pouvoirs.

Sinon, j’ai un petit nez fin, proportionnel au reste de mon visage et des fines lèvres, joliment dessinées qu’on à envie d’embrasser. Moi modeste ? A peine les enfants, à peine. Ma peau est de couleur blanche, très blanche même, d’une blancheur rare qui donne l’impression que je suis malade, fragile, fétiche alors qu’il en est tout autre…je pourrais vous tuez en moins de temps qu’il ne vous le faudrait pour le dire ou le comprendre.

Vestimentaire ment parlant, je ne suis pas compliquer. Travaillant pour cette salope…je ne prendrais même pas la peine de cité son prénom, ni son nom, je suis obligé de porter des tenus de serveuses, appelait tenu de maid par les hommes. C’est très réputait dans les petits bars des rues sombres des grandes villes, comme dans Nightown. Ça fait aussi beaucoup craquer les hommes. Parfois je suis même invité à rejoindre les invités de la gente masculine de Madame salope dans leurs chambre après le coucher. Bien entendu, je n’y vais jamais. Je tiens à ma virginité. En dehors de ça, je suis souvent vêtu d’un pantalon moulant noir et d’un chemisier, légèrement ouvert sur la poitrine pour formé un décolleté, il m’arrive aussi parfois de mettre de jolie robe, plus ou moins courtes, sous lesquelles j’attache grâce à une ceinture, mes dagues.

Sinon, je suis tatoué, depuis ma naissance…Des chaines dans mon dos, passant également sur mes bras et mes hanches…
Le mental
Mentalement parlant, je suis quelqu’un d’assez compliquer…Avec les années, je ne m’arrange pas. M’enfin… Pour commencer, j’ai une double personnalité. L’une que je nomme yin et l’autre yang pour faire plus simple.

Yin est plutôt violente, elle est également têtu, elle n’écoute rien de ce qu’on lui dit et n’obéit pas aux ordres, sauf de quelques rares personnes… Quoi que non, pour le moment elle n’écoute personne. Sauf la voix de la vengeance qui raisonne dans sa tête et son cœur. Elle est violente dans le sens ou elle se bat souvent, ne se laisse pas faire. Si vous la chercher trop, elle ne mettra pas longtemps pour vous enfoncez une dague dans les entrailles… Charmant, je vous l’accorde. Elle est sadique, elle prend du plaisir à tuer, lentement…très lentement et elle regarde sa victime se battre contre une mort assurait, rien de plus jouissif selon elle que de voir l’étincelle lumineuse quitter les yeux de ses victimes et de voir le sang se rependre sur le sol…Sentir l’odeur de rouille , qui n’est autre que l’odeur du sang envahir les lieux…Elle est froide, donc distante avec les gens , cruelle…Elle n’a de pitié pour personne…Mais elle a un sacré talent pour mentir et faire croire aux gens ce qu’elle veut…Elle peut facilement faire croire à quelqu’un qu’elle est son ami et ceux pendant des mois sans faillir à sa tache, pratique pour avoir quelques informations ou autres… Elle est également très talentueuse dans l’art de la torture, elle y prend un réel plaisir…Elle préfère torturer que d’attendre des semaines pour avoir une information quelconque…

En ce qui concerne Yang…C’est plutôt le genre de fille mignonne, gentille…Elle aime aider les autres, sans rien recevoir en retour. Elle est attentionnée et attentive. Mais elle est également plus fragile que Yin, elle sait moins bien se défendre et mentalement elle n’est pas aussi bien « protéger »… Elle est l’opposé de Yin en faite…Elle ne supporte pas la torture, faire mal aux autres, elle est douce, tendre et câline…

Sinon, en dehors de ça, les deux personnalités on tout de même quelques points similaires. Comme les phobies, toutes deux ont peur de l’orage…Elles sont également franches, intelligente, réaliste, rêveuse, fidèle et loyale.
Informations complémentaires
○ Qui est le personnage sur ton avatar : ATTENTION, vous devez faire attention que ce personnage soit disponible ( direction la liste des avatars pris ) et il vous est interdit de changer.
○ Veux-tu un rang sous ton avatar : ( exemple : The angel of Hell etc ) Si oui, veuillez me fournir le code en HTML entre [ code ] [/ code]

○ Prénom :  Ryuu
○ Ton age : 18 ans
○ Où as-tu découvert F.T.R : Jl'ai fais.
○ Qu'est-ce qui t'a attiré dessus : Moi ?
○ Veux-tu avoir accès à la zone Hentai/Yaoi/Yuri : Owi
○ Code de validation : J'ai fais le forum, je vais pas y mettre le code en plus de ça .


http://forumtest-ftr.lebonforum.com
Admin
▌Age :
24
▌Messages :
207
▌Date d'inscription :
18/09/2012

Feuille de personnage
Bla:
avatar
Admin

Sam 12 Oct - 16:55
Notation

Orthographe : 1,5/2
Vocabulaire : 1/2
Conjugaison : 1,5/2
Qualité : 1,5/2
Originalité : 1,5/2
Respect de la langue française : 1,5/2
Note perso : 2/2
Bonus longueur du texte : 6/6
Total : 20 (19+1) /21

Synthèse

Niveau : 20
Rang : D
Jewels : 10.000

Points Techniques : 22
Points Caractéristiques : 110
Page 1 sur 1

Afficher la navigation